AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Fullmetal Alchemist par Mimi-chan et Bouffe-Nuage

Aller en bas 
AuteurMessage
Bouffe-Nuage
La plus sadique et perverse de KA
avatar

Féminin Nombre de messages : 382
Age : 28
Localisation : Dans un Nuage
Loisirs : Pok
Date d'inscription : 14/03/2007

MessageSujet: Fullmetal Alchemist par Mimi-chan et Bouffe-Nuage   Jeu 17 Mai - 14:23

Salut les gens !

Alors voici une fic que Mimi-Chan et moi-même avons fait pendant nos heures perdues. Elle concerne Fullmetal Alchemist donc je préfère vous prévenir tout de suite !
Cette fic contient du Yaoi ! Donc les âmes sensibles doivent s'abstenir de lire !
Vous allez tous découvrir le vrai visage qui se cache derrière l'administrateur de ce forum XD

Pour les commentaires, évitez de les mettre ici. Mettez les dans le topic prévu à cet effet merci ^^ Il y a plusieurs chapitres mais je ne les mettrais pas tous aujourd'hui.

P.S. : Désolée j'ai du faire deux parties parce que mon message était "trop long".

Chapitre 1
Première Partie

La porte.

Désormais cette histoire était loin derrière moi. Le seul mauvais souvenir que je pourrais en gardé est ce bras de fer. Alphonse avais récupéré son corps, et moi au ma jambe. J’ai toujours été habitué a porter des mécha greffes alors cela ne me dérangeait plus. Alphonse et moi avions vécu quelques temps ensemble après cette aventure, mais ayant retrouvé tous ses moyens, mon frère avais le besoin de sortir, de voyager.

Al était parti rendre une visite amicale à Rose. Ca faisait quelques temps qu'il ne l'avait pas vue, et il voulait avoir de ses nouvelles. Personnellement, je ne savais pas si je voulais en avoir ou non, mais finalement, peut-être que c'est aussi bien comme ça. Après tout, Alphonse a peut-être envie de couper un peu le cordon avec moi. C'est compréhensible. Mais je me sentais un peu seul maintenant.
Heureusement, un matin, le général Mustang m'appela pour me dire que je pouvais aller participer à une mission. Apparemment, ils avaient besoin de renforts car c'était une opération en force pour repousser un groupe de terroristes qui projettait de faire exploser un immeuble. J'acceptais, ça me donnerait l'occasion d'oublier un moment la solitude que j'éprouvais. Avec un certain étonnement, Mustang me donna tous les détails de mission.
Quelques heures plus tard, j'étais au terrain et je m'apprétais à donner un coup de main aux autres alchimistes. Mustang supervisait les opérations. Mais je n'ai pas eu le temps de trop participé, car les terroristes étaient lourdement armé, et la solitude que j'éprouvais m'empêchait de penser correctement. Aussi je ne vis pas la grenade arriver.

Je me reveillais dans le quartier général de l'armée. Mustang était au-dessus de moi et me regardait. Il m'expliqua que j'avais perdu connaissance peu de temps après l'explosion de la grenarde, et qu'il m'avait rarement vu baisser ma garde. Aussi il me demanda ce qui n'allait pas et si ça avait un rapport avec Al. Je lui expliquais mon histoire et il me répondit chaleureusement que je pouvais rester chez lui quelques jours, le temps qu'Al revienne, pour que je n'ai pas de mauvais souvenir en rentrant chez "nous", et en attendant que mes blessures guérissent.


J'étais chez Roy. Il m'avait "ordonné" (d'après lui) de rester chez lui aujourd'hui, pour récupérer un peu. Mais je ne pouvais pas me reposer. J'avais envie de bouger aussi je visitais la maison. J'étais juste à côté de la chambre de Mustang, j'avais envie de rentrer dedans, pour voir comment elle était. Après un court moment d'hésitation, j'ouvris la porte et découvrit une chambre assez grande, bien rangé, avec un beau papier peint bleu ciel. Il y avait son lit, draps bleu, couverture bleu. Rien de bien exceptionnel. Ce qui m'étonnait encore moins, c'était de trouver plusieurs photos de lui sur un bureau où il devait travailler. Ce bureau était face au lit, sur le mur, et à côté, il y avait une bibliothèque. De l'autre côté de la pièce, il y avait son armoire. Je jettait un coup d'oeil discret dedans, mais il n'y avait rien d'original. Puis je me surpris à regarder avec attention les photos qu'il y avait sur son bureau. Je m'assis et les regardait avec encore plus d'asistance. Un sentiment étrange envahi mon corps et soudain je me précipitais vers des affaires de Mustang pliés sur le lit pour sentir leur odeur. Mais je ressortis de la chambre pour aller me reposer dans la mienne.
Une fois sur mon lit, un flot de pensées arrivèrent dans ma tête : "Qu'est-ce qui me prend ? Mon manque de vie sociale me rendrait-elle fou ? Pourquoi les photos de Mustang m'ont-elles fait cet effet ? Il faut absolument que je me calme. Ce n'est rien. Que des photos... Une douche froide. Il me faut une douche froide."

Je me dirigeais vers la salle de bain. Comme je ne savais pas à quelle heure Roy rentrait, je fermais la porte à clef par précaution. Je me déshabillais et mettais l'eau froide en marche. Mais la douche était vraiment trop froid. J'attendais qu'elle se réchauffe avant de retourner me laver. La salle de bain était assez simple. Une baignoire avec une douche, un lavabo avec un miroir au-dessus et une petite armoire avec des serviettes de bains etc... La chaleur commençait à embuer le miroir, j'allais sous la douche et sentais l'eau chaude couler sur mon corps. Je fermais les yeux et je me mis à repenser aux photos de Mustang. Cette sensation revint aussitôt, une sensation de douche chaleur qui se répendait dans tout mon corps. Je repensais à lui maintenant. En chair et en os. Et je me demandais quand il allait rentrer, car il commençait à me manquer. Cette pensée était très bizarre. Je me demandais ce qui m'arrivait. Mon corps était pris de pulsion que j'avais du mal à contrôler. Je ne pouvais m'empêcher de penser à Mustang, à son corps magnifique, ses cheveux doux comme de la soie, son regard seducteur... Non... Il fallait que j'arrête. Je sortis en trombe de la douche, l'arrêtait et je pris une serviette à la va-vite avant de l'entourer autour de ma taille. J'ouvris la porte et je tombai nez à nez avec Mustang. Surpris, je lâchais ma serviette. Mustang me regarda des pieds à la tête, quand je réalisa ce qu'il venait de se passer, je me mis à rougir en cachant mon entre-jambe.
"Tu sais... Tu n'as pas à être complexé à ce niveau là. Sa taille est tout à fait normal."
Pensées de Mustang : Ed était vraiment très beau. Quand il était gêné, et rouge comme maintenant, j'avais envie de le prendre dans mes bras et de lui caresser ses cheveux qui lui tombaient plus bas que les épaules. Des gouttes d'eau perlés sur le corps d'Ed, qui était dangereusement excitant. J'aurais aimé lui sauter dessus pour lui prouver mes sentiments envers lui. Mais il était trop tôt. Je ne voulais pas le traumatiser. Je me baissais pour prendre sa serviette.
"Tiens remets-toi ça en place. Et va te rhabiller."
Pensées d'Ed : Mustang était resté longtemps sans rien dire. Qu'avait-il bien pu penser ?

Je rentrais dans ma chambre, poussait un soupir de soulagement. Mustang n'avait pas trouvé cette situation gênante une seconde. Tandis que moi... J'avais du rougir comme une pivoine. J'enlevais ma serviette et la posais sur une chaise puis j'enfilai un caleçon quand la porte s'ouvrit brusquement. C'était Mustang qui revenait me dire que le dîner n'allait pas tarder à être prêt et que je devais venir. Je rougis encore plus et lui dit que je devais d'abord finir de me rhabiller. J'enfilais un pantalon noir et un tee-shirt blanc avant de sortir. Mon rougissement ne s'était pas calmé. Mustang avait mis la table, je le trouvais courageux, après une journée de boulot, il faisait quand même plusieurs tâches ménagères ici, comme s'il voulait absolument s'occuper de moi. On s'assit et avant qu'on ne commence à manger, Mustang me dit :
"Tu sais, tu n'as pas à être gêné lors de ce genre de situation, nous sommes entre hommes."
Pensées de Mustang : Effectivement nous étions entre hommes, mais je ne asis pas si cette phrase suffirait à rassurer Ed. Peut-être me prenait-il comme un pervers car je l'avais vu déjà deux fois en l'espace de quelques minutes dans des situations gênantes ? Je lui souhaitais un bon appétit et commença à manger. Au bout d'un moment, je posais ma fourchette et fis mine de prendre l'eau, mais c'était un pretexte pour regarder Ed manger. Sa bouche était d'une douceur remarquable, ses lèvres était d'un jolie rose et j'avais envie de les caresser, de les embrasser. Il l'ouvrit pour manger des légumes, sa langue était d'un rose foncé magnifique, j'aurais aimé l'embrasser, voir cette bouche sur mon corps...
Pensées d'Ed : Mustang se mit à violament saigner du nez. Je me précipitais vers lui et essayer d'arrêter le saignement avec des mouchoirs. Je lui tenais la tête en même temps, et ma main se glissa dans ses cheveux. On resta la à se regarder, comme si le temps s'était arrêté. On ne remarquait même plus le saignement de nez. Je le regardais, me sentis rougir. Soudain, une nouvelle bouffée de chaleur me parcouru le corps, et je me précipitais dans ma chambre.
Pensées de Mustang : Ed devait être troublé. Il ne devait pas se douter de quoi je pensais avant que je saigne du nez. Je pensais pourtant avoir dépasser le stade du stupide saignement de nez. Mais apparement, Ed m'excitait beaucoup plus que ça. J'attendis quelques instants que le saignement s'arrête avant de décider d'aller le rejoindre dans sa chambre. Il avait glisser une de ses mains dans mes cheveux, ça ne me laissait pas indifférent, et lui non plus apparament.

_________________
I will be your Suicide Messiah. (And a bouffon XD)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.hidentity.tk
Bouffe-Nuage
La plus sadique et perverse de KA
avatar

Féminin Nombre de messages : 382
Age : 28
Localisation : Dans un Nuage
Loisirs : Pok
Date d'inscription : 14/03/2007

MessageSujet: Re: Fullmetal Alchemist par Mimi-chan et Bouffe-Nuage   Jeu 17 Mai - 14:24

Chapitre 1
Deuxième Partie

Pensées de Mustang : Je me dirigeais vers la chambre d'Ed. Il ne devait plus savoir où il en était. Qu'est-ce qu'il ressentait pour moi ? Pas seulement de l'amitié, j'en étais sûr maintenant. J'arrivais devant sa chambre, j'ouvrais. Il était là, dedans au milieu de la pièce, il regardait le sol. Je me dirigeais lentement vers lui, le prenait dans mes bras.
"Tu sais Ed, il y a des pulsions contre lesquelles on ne peut rien faire."
Je déposais un baiser dans ses cheveux, il frissona. Avais-je été trop loin ? Pourtant, je sentais l'envie monter en moi, j'aurais aimé l'allonger sur le lit, l'embrasser et lui faire l'amour. Pourtant, si je faisais ça, jamais il ne voudrait de moi. Aussi j'attendais un peu.
"Les hommes qui aiment d'autres hommes n'ont pas à avoir honte."
Je retournais Ed en face de moi et déposait enfin un baiser sur ses lèvres. Mais il me rejetta.
Pensées d'Ed : Je ne savais pas de quoi Mustang parlait. Je n'étais sûr de rien, et je n'avais pas envie de lui dire que j'avais des sentiments pour lui alors que je n'en savais rien.
"Ecoute Mustang, ce n'est pas parce que j'ai été gêné que j'ai forcemment envie de toi ! C'est juste le contexte qui était gênant ! Je n'ai rien d'autre à dire !
-Pourtant n'as-tu pas ressenti quelques bouffées de chaleur quand tu m'as vu ? Ou quand tu regardais mes photos ?
Il m'avait vu ? Oh non. J'en avais eu des bouffées de chaleur mais je ne voulais pas lui dire.
-Bien sûr que non je n'ai absolument rien ressenti.
-Pourquoi refuses-tu d'avouer ? Est-ce si honteux que ça ?
-Mais je n'ai honte de rien ! C'est juste que je ne suis sûr de rien ! Je ne veux pas dire quelque chose que je ne connais même pas ! Et puis arrête de te faire des idées !
-Je suis réaliste. Quand tu as regardé mes photos, senti l'odeur de mes vêtements, il y a des choses qui ne trompent personne tu sais...
-Tu n'as rien à m'apprendre espèce de petit narcissique égocentrique !
-Alors c'est comme ça que tu me vois ?"
Pensées de Mustang : J'étais un peu vexé, je partis de la chambre, mais avait quand même un sourir aux lèvres. Il n'avait pas avoué, mais il allait sûrement le faire tôt ou tard.
Pensées d'Ed : Je ne savais plus quoi faire. Bien sûr qu'il avait raison, mais je ne me sentais pas prêt à l'avouer tout de suite. Il était parti de la chambre. J'avais du le vexer en le traitant d'égocentrique. Je me sentais mal maintenant. Pourtant, il avait l'air d'être parti un peu joyeux malgré tout. Il était là quand j'étais dans sa chambre. Il avait tout deviné pour ce que j'avais ressenti. Mais alors, est-ce que ça voudrait dire que lui aussi ressentait la même chose pour moi ? Après tout il m'avait pris dans ses bras et m'avait embrassé ! Je m'assis quelques minutes, le temps de faire le vide dans mon esprit. Qu'est-ce que je devais faire maintenant ? Aller retrouver Mustang
Il était dans la cuisine, assis sur une chaise. Une bouteille d'alcool et deux verres étaient sur la table.
"Tu veux boire quelque chose Ed ?
-Oui volontier."
Je m'assis sur une chaise libre, regardait Mustang de haut en bas pendant qu'il me versait un verre. Une nouvelle bouffée de chaleur parcouru mon corps. J'avais envie d'étreindre ce corps qui était devant moi. Ou alors j'avais envie que lui m'étreigne. Mustang me tendit le verre remplit d'alcool que je vidai d'une traite. Je me sentis bizarre sur le moment. Je n'étais pas soul, mais je n'étais pas très frais non plus. Pourtant je me sentais divinement bien, et faisait un sourir à Mustang, qui buvait son verre plus calmement que moi. Il me regardait et attendait de voir ma réaction. J'eu envie de lui dire ce que je ressentais vraiment. L'alcool avait fait passé ce blocage, je me sentais mieux, et j'étais assez éveillé pour savoir ce que je faisais. Je me levais et me dirigeais vers Mustang.

Pensées de Mustang : Finalement, Ed semblait déjà moins bloqué que tout à l'heure.
"Qu'est-ce que c'est que ce sourir ? Tu veux que papa te donne un sucre d'orge ?"
Il continuait de sourir, il était en face de moi, et pour une fois, c'était à mon tour de ne pas savoir ce qui allait se passer. Ed me regardait, il me prit la main et dit :
"Allons dans ta chambre. Le lit est plus grand et plus confortable. Il faut qu'on parle."
Je me levais en souriant, je suivais Ed. Une fois dans la chambre, je m'assis à côté de lui et le prit dans mes bras.
"Attend Mustang.
-Qu'est-ce qu'il y a ?
-Je voudrais être sûre de ce que je ressens.
-Ca te fais du bien quand je te caresse les cheveux ?
-Oui, énormement.
-Alors attend de voir ce que tu vas ressentir lorsque je te carresserais autre part... Tu verras tu seras sur après ça."
J'embrassais la nuque d'Ed tout en lui caressant ses cheveux, je le sentais frissoner de plaisir. Il souriait et me serrait fort dans ses bras. Je commençais à lui enlever son tee-shirt, il se laissait faire, tandis que d'une autre main je lui caressais le torse.
Pensées d'Ed : Mustang était diablement excitant. Je me laissais faire en pensant à la suite. J'aurais aimé le déshabiller mais je préférais me laisser faire. J'attendais la suite avec peur et impatience.
"Mustang c'est la première fois que tu fais ça avec un homme ?
-Oui."
Au moins pour lui aussi c'était sa première fois. Mais il avait l'air plus assuré que moi. Je me laissais quand même faire, je lui faisais confiance.
Pensées de Mustang : Je commençais à défaire son pantalon, il semblait légèrement gêné, il rougissait, ce qui me donnait encore plus envie de lui. Je l'allongeais de tout son long sur le lit avant de finir de lui enlever ses vêtements. Il était entièrement nu mais semblait gêné d'ainsi se dévoiler devant un homme. Son entre-jambe avait l'air totalement excité par ce qui lui arrivait. J'enlevais mes vêtements de l'armée avant de m'allonger sur lui pour le caresser et l'embrasser. Ma main descendit plus bas encore. Il recommença à frissoner.
"Alors Ed, qu'est-ce que tu en penses maintenant ?
-Je suis absolument sûr et certains de ce que je ressens.
-Tu veux continuer ?
-Oui."
J'embrassais Ed avant de lui embrasser le torse puis le bassin puis plus bas encore. Ed n'avait jamais eu l'air aussi excité de toute sa vie, et ça lui faisait vraiment plaisir. Au bout de quelques minutes j'arrêtais, pendant qu'Ed revenait m'embrasser. A son tour, il fit exactement ce que j'avais fait, comme si j'étais un véritable modèle, c'était réellement excitant. Enfin mon fantasme se réalisait, celui que j'avais eu au cours du diner et qui m'avais fait saigner du nez. Pendant qu'il s'occupait de moi je souriais en lui caressant amoureusement la tête. Il s'arrêta à son tour et je le pris dans mes bras avant de le retourner.
Pensées d'Ed : Il me retourna sur le ventre, c'était dangereusement excitant. J'avais envie d'aller plus loin encore. Puis Mustang se bassa conter moi et le bas de mon dos se mis à chauffer, mais ça me faisait plaisir malgré une petite douleur que je ressentais à ce niveau là. Cette action de Mustang m'excitait de plus en plus, Mustang me caressais l'entre-jambe en même temps que lui même se faisait plaisir dans mon corps. Je n'avais jamais été aussi heureux, aussi excité, je n'avais jamais ressenti un tel plaisir. Mais toutes les bonnes choses ont une fin. Au bout d'une demi-heure de plaisir, Mustang et moi-même avions atteint nos limites, nous finissions ensemble et Mustang se retira. On se coucha sur un côté du lit.
"Mustang...
-Oui ?
-Je t'aime.
-Je t'aime aussi."
Je m'endormis contre le torse de Mustang, qui me procurait chaleur et un sentiment rassuré.
Pensées de Mustang : Il s'était endormi. Moi aussi je n'allais pas tardé, cet effort m'avait épuisé. Je n'avais jamais été aussi heureux, jamais je n'avais connu un tel plaisir. Je m'endormis au côté de cet homme fragile que je jurais de protéger.

_________________
I will be your Suicide Messiah. (And a bouffon XD)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.hidentity.tk
Bouffe-Nuage
La plus sadique et perverse de KA
avatar

Féminin Nombre de messages : 382
Age : 28
Localisation : Dans un Nuage
Loisirs : Pok
Date d'inscription : 14/03/2007

MessageSujet: Re: Fullmetal Alchemist par Mimi-chan et Bouffe-Nuage   Sam 19 Mai - 7:23

Chapitre 2

Pensées d'Ed : Au petit matin, les rayons de soleil qui filtraient à mes travers les volets me réveillèrent. Je me frottais les yeux et regardais sur ma gauche. Mustang était toujours là. Hier soir n’avais donc pas été une passade et bien la réalité. Pour bien me le rapeler, je sentis un liquide poisseux aux alentours de mes jambes. Je levai le drap et à mon avis, il faudrait les changer les plus tard. Je sortis du lit avec lenteur pour éviter de brusquer ma belle au bois dormant, pour ensuite me diriger vers la salle de bain. Je pris la première serviette qui me vint et la posai sur le rebord de la douche.
- Salut Nabot !
J’ouvris en grand la porte de la douche pour hurler :
-Qui c’est le nabot ici ?! Ose le répéter !!!
Mustang portait une serviette attachée autour de la taille et se lavait les dents.
Pensées de Mustang : J’observai Edward d’un air amusé dans le miroir. Il était tellement facile de le faire sortir de ses gongs, surtout quand on faisait référence à da taille :
-Le prends pas mal, C’’est rare que tu sois levé avant moi alors je voulais vérifier si tu étais bien réveillé.
-Ce n’est pas une raison pour m’insulter !!!
-Calmes-toi, il n y a pas mort d’hommes.
Edward me regarda d’un air dépité, qui se changea en un sourire, un de ceux qu’il a quand une idée saugrenue lui vient à l’esprit.
-Soit, alors ne viens pas pleurer des conséquences de tes actes.
Pensées d'Ed : Je regardais Mustang droit dans les yeux laissant passer quelques secondes avant de lui saisir sa serviette d’une traite :
-Hé mais qu’est ce que tu fais ?
Je tournai les talons.
-Ca t’apprendra à me traiter de nabot ! dis-je en partant en direction de la chambre pour m’habiller.
-ED reviens, c’est la dernière serviette, toutes les autres sont au sale ! je vais pas me balader nu comme un verre !!! Edward !! Je suis ton supérieur, tu me doit de me rendre cette serviette !
-Causes toujours !
Pensées de Mustang : Décidément, ce Fullmetal m’en fera voir de toutes le couleurs. D’un côté, il avait retrouvé son énergie et son caractère de cochon. Signe qu’il allait mieux. Heureusement pour moi, nous n’étions que deux et me balader nu ne serai pas insurmontable, juste assez gênant
Edward sortit de la chambre, descendit les escaliers, dès lors je me précipitai vers la pièce de notre forfait. Je m’habillai promptement pour ensuite prendre mon petit – déjeuner. Arrivé au bas des escaliers, la douce odeur de pain grillé me vint aux narines, je me dirigeai alors vers la cuisine un grand sourire aux lèvres :
-C’est pour qui ce délicieux petit- déjeuner ?
-Pour ma pomme.
-Hein ?!
-Fais pas cet tête, le tien est déjà prêt. D’ailleurs je me demande pourquoi je l’ai fait.
-Tu me dois bien ça, pour ce que je t’ai procuré hier soir.
Pensées d'Ed : ça y’est il me l’avait rappelé. Une nouvelle bouffée de chaleur m’envahit et le rouge me monta aux joues :
-Tais-toi et vas manger !
Il s’assit et commença à piquer dans son assiette.
-Hum ... il manque quelque chose !
Mustang se leva et parti je ne sais où, pour finalement en ressortir avec ... UNE BOUTEILLE DE LAIT ??!!
-Avec ça, ce sera un bon petit- déjeuner équilibré !
-J’espère que tu n’a pas l’intention de me faire boire cette chose ...
-Je pourrais ... mais avec une manière bien particulière.
Un sourire semi sadique se dessina sur ses lèvres, a quoi aurais-je encore droit ... Mustang avala une gorgée de lait et la garda dans la bouche.
Ainsi, il ressemblai a un hamster et je ne pus m’empêcher de lui rire au nez. Son regard semblait dire : c’est bon t’a fini de te foutre de moi ?! Je me suis donc calmer. Mustang se leva, posa une main sur mon épaule et posa ses lèvres sur les miennes. Il me passa tendrement la main dans les cheveux tandis que je l’enlaçai.
-Alors c’était bon ?
Je me suis précipité vers l’évier. Mustang me regarda d’un air dépité.
-C’était si dégeulasse que ça ?
Je m’essuyais la bouche.
-Hé bien, ton baiser était délectable mais le lait passe toujours très mal. On pourra réessayer avec autre chose si tu veux ."

Pensées d'Ed : Nous finissions de nous habiller pour partir travailler au QG de l'armée. Nous faisions comme si de rien n'était là-bas, personne n'était encore au courant de ce qui s'était passé entre nous. Mustang retourna dans son bureau et, étant son subordonné, je le suivais. Il s'assit à son bureau, me regarda un petit moment, puis se releva.
"Ed, tu peux aller me chercher un café s'il-te-plaît ?
-Bien sûr."
Je ressortais de la pièce. Il n'avait pas déjà bu un café ce matin ? Je ne m'en souvenais pas. Après tout, ce n'était pas grave qu'il me demande ce genre de chose, j'étais toujours son subordonné ici. Néanmoins j'aurais aimé un peu plus d'attention malgré tout. Après cette nuit toride que nous avions passé tous les deux, j'avais pensé que notre relation au travail aurait un peu changé... J'allais lui prendre son café et je revenais, le pas lent, dans son bureau.
"Mustang voilà ton..."
Je n'avais pas eu le temps de finir ma phrase. Mustang n'était pas devant son bureau. Je m'avançais dans la pièce, où était-il passé ? Soudain, la porte se referma et je reconnu le bruit du verrou. Je me retournais, il s'était caché derrière la porte. Je le regardais, la bouche ouverte.
"Alors, surpris ? Tu croyais que je t'avais abandonné ?
-Non je... Je ne sais pas.
-Tu te rappelles de ce que je t'ai dit hier ? Que j'allais t'offrir un surcre d'orge ?
-Ici au bureau ?
-Quoi ? Ca te dérange ? La porte est fermée, personne ne viendra nous déranger..."
Je posais la tasse de café en souriant, Mustang était vraiment imprévisible. Je m'avançais vers lui, il m'attrapa la tête et m'embrassa. Une nouvelle bouffé de chaleur montait en moi, et j'avais envie de continuer au-delà d'un simple baiser. On s'enlaça puis il me caressa les cheveux tendrement. Pour la première fois, je le déshabillais.
Pensées de Mustang : Pour la première fois c'était lui qui m'enlevait mes vêtements. J'étais agréablement surpris, il prenait de plus en plus confiance en lui. Je me laissais faire, attendant avec impatience la suite.
Pensées d'Ed : Je commençais à lui embrasser le torse, tout en descendant peu à peu, jusqu'à finir de lui enlever ses vêtements. Je me déléctais ensuite de son sucre d'orge qu'il m'offrit avec passion. Pendant que je lui procurais cet immense plaisir, il me caressa amoureusement les cheveux et il m'allongea à terre. Il commença à m'embrasser dans la nuque et souleva mes vêtements afin de caresser mon corps en entier. Il me tint les deux bras au-dessus de moi pour que je puisse pas me débattre. Mais je n'avais pas l'intention de le repousser.
Pensées de Mustang : De regulières bouffées de chaleur venaient et allaient à l'intérieur de mon corps. Je m'attendais à aller toujours plus loin avec lui. Je commençais à le déshabiller pour nous faire mutuellement plaisir dans un élan amoureux quand...
*Toc toc*
"Mustang ! C'est qui ?
-Calme-toi Ed... Rhabille toi et va te cacher quelque part."
Je me dirigeais vers la porte et pris soin de me rhabiller avant d'ouvrir la porte.
"Ed c'est bon ?
-Oui."
J'ouvris la porte, c'était Hawkeye.
"Colonel Mustang, pourqoi la porte était-elle fermée à clé ?
-C'est juste que je n'aime pas être dérangé pendant que je fais ma sieste.
-Vous savez pertinament que votre condition ne vous permez pas de dormir !
-Oh c'est bon ! Pour quelques minutes de repos en plus.
-Mais d'où venait ces bruits ?
-Quels bruits ?
-En passant à côté de la porte j'ai entendu des bruits indéfinis...
-Ca devait être moi qui bougeais ou parlais pendant mon sommeil.
-Vous ne vous améliorerez jamais... Au fait, où est Ed ? Il n'est pas venus pour vous apporter un café ?
-Il est reparti il n'y a pas longtemps.
-Ah. Très bien. Bon je vous laisse à votre "travail".
-Trop aimable Hawkeye."
Je refermais la porte à clé. Cette situation m'avait un peu refroidi. Mais pas totalement. Malgré tout, pendant un moment, j'eus envie de m'asseoir quelques minutes. Je m'assis à mon bureau.
"Ed, tu peux sortir. Tu es où ?
-Ici."
Je ne l'avais pas remarqué, il était sous mon bureau. Il ouvrit mon pantalon et recommença à jouer avec moi. Après tout je lui avait offert un sucre d'orge.
Pensées d'Ed : Je recommençais. Mustang appréciait vraiment cette "surprise". Je m'étais vite refroidi quand Hawkeye avait frappé à la porte, mais je m'étais dit que ce n'était pas une raison pour laisser l'homme que j'aime se refroidir lui aussi. Il avait l'air assez bien en forme après tout. Aussi, je le finis comme il se doit. Je découvris un nouveau goût que je n'avais jamais imaginé auparavant.

Pensées d'Ed : La journée venait de toucher à sa fin. Après l'épisode au QG de l'armée, Mustang et moi étions un peu fatigués, se fut un plaisir de retourner chez nous. Depuis ces quelques jours, je n'avais annoncé à personne, même pas à Al, que j'étais en couple avec lui. Personne ne s'en doutait. Ca me réconfortait mais d'un côté je trouvais toujours ça bizarre de dormir autre part que chez moi maintenant. On arrivait à la maison. Nous entrions mais je me sentais encore un peu gêné par ce qui c'était passé au QG.
"Mustang je vais me prendre une douche... Pour me remettre les idées en place.
-Tu crois qu'elle se doute de quelque chose ?
-Je ne sais pas. Mais heureusement que tu avais fermé la porte à clé."
Je partis en direction de la salle de bain. Je ne fermais pas la porte à clé, après tout, nous étions en couple ici. Je ne voyais pas l'intérêt de fermer une porte à clé quand on savait que la seule personne qui risquait de l'ouvrir était son bien-aimé. Je posais une serviette sur le bord du lavabo et j'allumais la douche. je me détachais les cheveux et laissais l'eau couler un moment sur eux et sur mon corps. Je n'avais pas spécialement envie de me laver, juste sentir cette chaleur me parcourir le corps. Cette chaleur qui me faisait penser à Mustang. Comme s'il avait entendu ma pensée, Mustang entra à ce moment là. J'ouvrais les yeux et le regardait, il commençait à se déshabiller.
"Moi aussi je veux me laver. Je suppose que ce n'est pas un problème pour toi, maintenant que lon est couple, de se laver ensemble ?
-Bien sûr que ça ne me dérange pas. Mais dépèches-toi de venir ou tu vas attraper froid."
Mustang ferma la porte à clé. Je savais ce que cela signifiait. C'était une sorte de message entre nous. Il prenait le plus de précaution possible pour qu'on ne nous dérange pas. Il avait sûrement fermé la porte principal aussi à clé.
Pensées de Mustang : Ed n'était pas gêné que l'on se lave ensemble. Bien sûr, il avait déjà : deviné que ça irait plus loin qu'une simple douche. Mais nous étions un couple comme ça, nous aimions prendre du plaisir tant qu'on le pouvait. Je rentrais sous la douche derrière Ed. L'eau coulait sur lui et sur moi aussi. Je caressais ses cheveux.
"Ed, est-ce que je peux te laver les cheveux ? Ca fait longtemps que j'en ai envie.
-Oui bien sûr."
Pensées d'Ed : La première fois qu'il me lavait les cheveux. Il commença à mettre ses mains dans mes cheveux avant de me masser sensuellement la tête. Au bout d'un moment il arrêta, l'eau qui coulait lavait ainsi peu à peu mes cheveux. Il me dit de me retourner et commença à m'embrasser. Tendrement, sans être brusque. Il continuait de me masser la tête. C'était la première fois que je ressentais autant d'excitation pendant une simple douche. Ca me procurait beaucoup de plaisir, et j'avais aussi hâte que lui de passer au stade au-dessus. Mais nous prenions notre temps. Mustang arrêta de m'embrasser et ses mains se posèrent sur mes hanches. Il m'embrassa le torse avant de me procurer un bien fou en bas du ventre. Les bouffées de chaleur étaient de plus en plus fréquentes et j'avais envie d'autre chose. J'avais envie que Mustang me fasse autre chose.
Pensées de Mustang : Pendant que je faisais plaisir à Ed, je sentais bien quelques frissons de plaisir le parcourir. J'avais envie de continuer tout de suite, de le retourner et de le plaquer contre le carrelage de la douche pour lui faire l'amour comme il se doit, mais prenons notre temps. Cela ne pressait pas trop pour l'instant. Je continuais un petit moment avant de remonter au niveau de son visage.
"Tu as envie d'aller plus loin toi aussi ?
-Oui.
-Ca ne te gêne pas que ça soit toujours moi qui te ... ?
-Non, je préfère en fait.
-Moi aussi."
Nous nous sourions mutuellement. Je le retournais contre le carrelage, l'eau coulait à flots sur nos deux corps bouilliant de plaisir. Je plaquais les mains d'Ed contre le carrelage à l'aide d'une de mes mains, de l'autre je lui tenais fermement la hanche droite; puis je pénétrais en lui, plus facilement que la première fois. Le plaisir commença à monter en moi. J'essayais d'aller doucement pour qu'il puisse en profiter un peu. Puis je relachais ses mains et avec ma main de libre, je me mis à le caresser sensuellement le corps.
Pensées d'Ed : C'était moins douloureux que la première fois. Mustang me faisait réellement plaisir. Sa main gauche allait et venait sur moi, sensuellement, jusqu'à ce qu'il commence à jouer avec mon entre jambe. Les bouffées de chaleur était de plus en plus présentes, de plus en plus fréquentes, elle me procurait un immense plaisir, j'aurais voulu hurler ce plaisir.
Pensées de Mustang : Ed fretillait de joie et de plaisir, j'accélérais le rythme, je poussais des soupirs de plaisir, Ed aussi. Ma main allait de plus en plus vite sur lui et plus ça allait, plus les bouffées de chaleur montait en moi et me donnait envie de finir le plus vite possible.
Pensées d'Ed : Ce fut l'orgasme. D'un même temps Mustang finissait en moi et me finissait aussi. Je ne pu retenir ce hurlement de plaisir qui sortit d'un coup, comme si je l'avais terré au plus profond de moi pendant longtemps.

_________________
I will be your Suicide Messiah. (And a bouffon XD)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.hidentity.tk
Bouffe-Nuage
La plus sadique et perverse de KA
avatar

Féminin Nombre de messages : 382
Age : 28
Localisation : Dans un Nuage
Loisirs : Pok
Date d'inscription : 14/03/2007

MessageSujet: Re: Fullmetal Alchemist par Mimi-chan et Bouffe-Nuage   Sam 26 Mai - 3:01

Chapitre 3

Pensées d'Ed : Mustang et moi nous nous étions endormis dans les bras l'un de l'autre. Je m'étais reveillé un peu avant lui. Je le regardais dormir. Il souriait et il prononcait mon nom pendant son sommeil. Je souriais et me levait sans trop le bousculer. Je ne voulais pas qu'il se réveille à cause de moi. Je me disais qu'il fallait au moins que j'appelle Al, pour le mettre au courant. A cette heure là, il devait déjà être debout. Je me dirigeais vers la salle commune, j'attrapais le téléphone et composait le numéro d'Al. Il répondit au bout de deux sonneries.
"Allô ?
-Al c'est Ed.
-Ah Ed ! Ca va ?
-Oui oui je suis en pleine forme et toi ?
-Super. J'aide mamie Pinacko et Winry à l'atelier.
-Cool. Je t'appelle pour t'annoncer une grande nouvelle... J'espère que tu le prendras bien.
-Qu'est-ce qui ce passe ? T'as enfin une copine ?
-Pas une... Un.
-Un copain ? ... Et... C'est qui ?
-Le colonel Mustang.
-Tu ne te moques pas de moi ?
-Je ne suis on ne peut plus sérieux. Je ne m'amuserais pas à faire ce genre de blague.
-Hé bien je suis heureux pour toi ! Tu veux que je l'annonce à mamie et Winry ?
-Oui si tu veux. Mais ne le répète pas sur tous les toits. Tu es le premier à être au courant.
-Ok, compte sur moi ! Au revoir Ed !
-Salut."
J'espérais qu'Al le prenait vraiment bien.

A Risembul

Pensées d'Al : Ed avait enfin trouvé l'amour. Je savais qu'il admirait en secret Mustang, mais je ne m'attendais pas à ce qu'il soit avec lui. Mais j'étais heureux quand même. J'espérais que mamie Pinako et Winry seraient aussi heureuses que moi d'apprendre la nouvelle. Je me dirigeais vers la cuisine, là où elles discutaient d'habitude.
"Mamie, Winry, j'ai une grande nouvelle à vous annoncer !
-Laquelle Al ? Winry ! Viens ici ! Al a une nouvelle à nous annoncer !
-Quoi ?
-Ed a trouvé l'amour !
-Il était temps. Qui est l'heureuse élue ?
-C'est un homme Winry. C'est le colonel Mustang.
-QUOI ?! Mais il est complètement malade !
-Winry !
-Winry...
-Mais c'est vrai mamie !
Mamie Pinako lui donna une claque.
-Je pars dans le salon. Discutes-en avec Al. Moi je suis heureuse pour lui même si c'est un homme.
-Winry sérieusement tu me déçois.
-Mais pourquoi ? Tu trouves ça normal qu'il sorte avec un gars ? C'est répugnant !
-Mais il a le droit de faire ce qu'il veut !
-C'est pas parce que votre mère est morte qu'il faut sortir avec un mec !
-Il n'y a aucun rapport !
-Mais regarde ! Après cette période il a été complètement dérangé !
-ABSOLUMENT PAS !
-Mais si ! Il t'a obligé à partir plusieurs mois avec lui pour vous apprendre l'alchimie et...
-Tu oublies que j'étais d'accord ! Et il a toujours fait ce qui était juste pour nous !
-Moi je te dis qu'il est déboussolé à cause de votre vie et qu'il est psychologiquement atteint !
-Winry tu ne connais absolument rien à notre vie et ça se voit ! Je n'arrive pas à le croire ! Comment tu peux dire ça d'Ed ! Il t'a toujours aidé ! Et maintenant c'est comme ça que tu le remercies ? En disant qu'il est "psychologiquement atteint" ?!
-Mais Al...
-La ferme ! Je pars le voir ! Je reviendrais ce soir ! En attendant tu peux y réfléchir."
Je ne prenais rien. Je n'allais rester que quelques heures voir Ed. Il fallait que je m'éloigne un temps de Winry. Elle m'avait déçue. Au départ j'aurais aimé que Ed ne soit pas au courant de ce qu'elle venait de me dire, mais je sentais que j'étais obligé de lui dire, de le mettre au courant. Ca ne serait pas honnête sinon.

Chez Mustang

Pensées d'Ed : Je venais de m'habiller. Mustang buvait un caféet me volait un baiser parci parla. Aujourd'hui on avait pris un jour de congé pour pouvoir passer notre journée ensemble. Mais quelqu'un sonna à la porte. Mustang me regarda en me disant qu'il n'attendait personne. J'allais ouvrir. C'était Al !
"Al mais que fais-tu ici ?
-Je suis venu voir le tout nouveau couple.
-Heu et bien entre. Mustang doit être parti s'habiller.
-Ok. De toute manière c'était à toi que je voulais parler.
-Viens on va s'asseoir. De quoi veux-tu parler ?
-De Winry... Sa réaction.
-Qu'est-ce qu'elle a dit ?
-En apprenant que tu étais avec Mustang, elle a pété un cable et a dit que tu n'étais pas normal et que tu étais psychologiquement atteint.
-...
-Je suis venu te le dire, je pensais que ce n'était pas honnête de ne pas te mettre au courant. Mais moi et mamie Pinacko, on l'a très bien pris.
-C'est déjà ça. Mais Winry...
-Ne t'occupes pas d'elle. Je vais retourner à Risembul pour la résonner.
-Ed tu te feras vite aux critiques, on n'oblige jamais les gens à comprendre.
-Colonel Mustang !
-Mustang.
-Salut Al. J'ai entendu votre conversation. Mais tu sais, moi aussi quand j'avais dit à quelqu'un que je pourrais très bien être avec un homme, on m'a dit que j'étais fou, on m'a dit que je faisais ce que je voulais. Au final je n'écoute plus les gens.
-Oui tu as raison. Mais j'espère qu'Al lui fera comprendre quand même.
-Ne t'inquiète pas je ferais mon possible. Bon je vais y retourner.
-Tu es parti de Risembul pour m'annoncer ça ? Attend je vais te rembourser le billet de train.
-Non laisse tomber. A plus Ed. Au revoir Colonel Mustang."
Al partit. Je perdais un peu confiance en moi. Est-ce qu'effectivement je n'étais pas normal ? Est-ce que je devrais plutôt être avec une fille ? Pourtant j'aimais beaucoup Mustang. Je ne savais plus trop quoi penser et je perdais de plus en plus confiance en moi.
"Ca ne va pas Ed ?
-Franchement je ne sais plus quoi penser.
-Tu penses que tu serais mieux avec une fille ... ?
-Non je ne sais pas... Je t'aime, je veux vivre avec toi. Mais maintenant la, je perd confiance en moi.
-C'est normal. La première fois qu'on m'a dit ça, moi aussi j'étais déboussolé. Mais pourtant, j'ai finis par comprendre qu'ils avaient tord. Les personnes qui disent ça ne réfléchisse pas au bonheur personnel de la personne qui est en face d'eux. Il ne faut pas les écouter, même si des fois ça fait du mal malgré tout. Ecoute ton coeur Ed. Relève-toi et marche la tête haute. Accepte-toi toi-même.
-Oui, tu as raison Mustang."
Mustang me pris dans ses bras. D'un coup, je me rappelais de ce bras en fer que j'avais. Je me sentais terriblement gêné. Avant je ne faisais pas attention à ça, mais là, tout de suite, j'avais honte de l'avoir. Je dégagé mon bras en disant que j'étais désolé mais qu'il me bloquait. Mustang se releva, m'attrapa par les bras et me souleva à mon tour. Il mit son visage proche du mien en disant que je ne devais pas être gêné. Quand on aime, on partage tout, même les choses les plus honteuses, que mon bras en faisait parti et que lui ça ne le dérangait pas. Si je n'en étais pas fier et que c'était à cause de lui, je n'avais qu'à l'enlever. Mais ça serait bête parce qu'il faisait partie de moi maintenant. Il me dit que deux personne qui s'aimaient été forcemment gêné les premières fois, que pour moi c'était nouveau car je ne connaissais encore rien à l'amour. Il me serra dans ses bras en me disant qu'il m'aimait et qu'il m'acceptait tel que j'étais, que rien ne devait me troubler pour quoi que ce soit, surtout pas pour une fille qui avait dit une connerie sur nous deux. Je le pris aussi dans mes bras. Il ne frissona pas au contact de l'acier. J'aurais aimé avoir un vrai bras. Il me dit que si ça me gênait vraiment, on pourrait toujours se renseigner pour me greffer un vrai. Il m'allongea sur le canapé, je n'avais pas remarqué qu'il était toujours en serviette. Il l'enleva et commença à m'embrasser de nouveau. Je lui souriais, je lui disais que je l'aimais, que je voulais être avec lui, peu importe la réaction des autres. Il me rendit mon sourir et on fit l'amour comme jamais sur le canapé. Avec pation, bonheur, plaisir. Nos "complexes" n'étaient plus la pour nous pourir la vie.

A Risembul

Pensées d'Al : J'allais bientôt arriver à Risembul. Je me demandais comment allait Winry maintenant. Est-ce qu'elle avait enfin compris ? Ou est-ce qu'elle restait sur son idée d'Ed ? J'espèrais que c'était la première solution, sinon elle risquait de couper les ponts définitivement avec Ed. Je rentrais à pas lent chez mamie Pinako, je craignais la réaction de Winry. J'ouvrais la porte, mamie Pinako fumait. Elle me dit que Winry était dans sa chambre. Je montais, elle était assise sur son lit et semblait regretter ses paroles.
"Al je suis désolée de ce que j'ai dit, mais je ne peux vraiment pas comprendre.
-Tu es désolée mais tu ne comprends pas ?
-Pourquoi il n'aime pas les filles ? Pourquoi un homme ?
-Même si pour toi ce n'est pas commun, pense que lui il est heureux.
-Mais franchement je ne vois pas comment il pourrait être heureux comme ça !
-Winry tu ne veux vraiment pas comprendre ?
-Mamie Pinako !
-Franchement, au lieu de penser à ce qui te paraît normal, tu ne pourrais pas penser à autre chose à part ce qui te parait normal ? Ed a trouvé le bonheur, tu devrais être heureuse, après tout c'est ton ami d'enfance, non ? Et puis, si tu continues avec cette attitude, tu vas finir par couper les ponts définitivement avec lui.
-Il faudrait que je lui parle...
-Il est déjà la. Viens Al, on va les laisser seul tous les deux.
-Euh très bien."

Pensées d'Ed : Je ne l'avais pas dit à Al, mais Mustang m'avait emmené ici, pour que je parle à Winry, il sentait bien que pour régler cette histoire, je devais finir ici. Il était en bas, en compagnie de mamie Pinako et d'Al. Je m'asseyais à côté de Winry. Elle me regardait mais ne parlait pas.
"Ecoute Winry, tu penses vraiment que ce n'est pas normal ?
-Je ne sais pas. Mais franchement tu es... heureux ?
-Oui, je suis très heureux même si c'est un homme.
-Je te voyais plutôt avec une fille.
-Comme tout le monde je pense. Mais contrairement à toi les autres me souhaitent du bonheur.
-Ce n'est pas que je ne veux pas ton bonheur mais... Avec un homme.
-Tu es mon amie d'enfance et tu ne veux pas mon bonheur avec un homme ?
-Je ne sais pas... Maintenant que tu me le dis, je suis contente de voir que tu es heureux finalement. Même avec un homme, avec Mustang en particulier, c'est marrant.
-Hé oui. Qui aurait pu le prévoir ?
-Personne à par vous deux je pense. Bah, tant que tu es heureux c'est le principal."
Winry me sourit, je lui rendit son sourir. On redescendait en bas. Mamie Pinako avait servi des verres d'alcool à tout le monde, je m'assis à côté de Mustang, et ainsi nous commencions tous à nous habituer à la nouvelle relation qui venait de naître entre Mustang et moi. Quelques questions gênantes survinrent, mais c'était quand même joyeux de voir que finalement, tout le monde avait compris qu'on était heureux avec qui on voulait.

_________________
I will be your Suicide Messiah. (And a bouffon XD)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.hidentity.tk
Bouffe-Nuage
La plus sadique et perverse de KA
avatar

Féminin Nombre de messages : 382
Age : 28
Localisation : Dans un Nuage
Loisirs : Pok
Date d'inscription : 14/03/2007

MessageSujet: Re: Fullmetal Alchemist par Mimi-chan et Bouffe-Nuage   Jeu 31 Mai - 14:31

Chapitre 4

Pensées d'Ed : Nous étions repartis, Mustang et moi, en voiture, chez nous. Nous nous sourions mutuellement.
"Alors Ed ? C'est bon maintenant ? Tu te sens mieux ?
-Oui c'est vrai. Ca m'a soulagé d'un côté qu'elle comprenne.
-Ca fait toujours du bien. Il y en a qui ne veulent jamais accepter.
-Tu en as connu ?
-Quelques personnes oui. Mais bon, le plus important pour moi, c'est que nous nous acceptions tous les deux et que nous puissions vivre ensemble.
-Mais tu comptes garder le secret longtemps ?
-Je ne sais pas comment ça serait pris à l'armée si tout le monde savait pour nous.
-Tu crois que ça mettrait en faillite ta promotion ?
-Non je ne pense pas. Mais je ne sais pas si les gens y prendrais bien.
-Tu crois qu'on se ferait rejeter ?
-Il y a des cons partout."
Cette dernière parole n'était pas trop rassurante, mais je savais que certaines personnes, même si ce n'est pas toutes, comprendraient notre union. Mais, comme il l'avait dit, le plus important était de savoir que Mustang et moi, nous nous acceptions. Je lui souriais et déposait un baiser sur sa joue, même s'il conduisait.
Une fois arrivé à la maison, nous nous prenions dans les bras l'un de l'autre, avec quelques projets pour le soir. Avant de nous offrir corps et âmes, je lui dis qu'un jour ou l'autre, malgré l'avis des personnes autour de nous, nous dirions au monde entier que nous étions ensemble. Mais que s'il le fallait, on pouvait le cacher à l'armée le temps qu'il atteigne son but. J'étais prêt à tout pour lui désormais.
Le lendemain matin, Mustang se leva plus tôt que moi et prépara le petit déjeuner pour nous deux. Une revenge par rapport à la dernière fois où je l'avais préparé.
"Tu te souviens de ce que je t'avais fait la dernière fois avec le lait ?
-Si tu recommences je te jure que je te vomis dessus...
-Heu ne t'inquiète pas je n'ai pas l'intention de recommencer, pas avec du lait. Tu aimes le café ?
-Oui pourqu..."
Je n'avais pas réfléchi tout de suite, j'étais encore un peu endormi. Il but une gorgée de café sans l'avaler et vint me prendre dans ses bras. Avec une main dans mes cheveux, il m'embrassa. Cette fois-ci, c'était beaucoup plus agréable. Il n'y avait pas cette horrible goût de lait. C'était délicieux.
"Alors, cette fois ça t'a plus ?
-Oui. Mieux qu'avec le lait."
On pris notre petit-déjeuner ensemble puis on s'habilla aussi vite que l'on pouvait entre les divers baisers et les divers câlins que l'on se donnait mutuellement. Finalement, on partit un peu en retard pour l'armée, et avant de sortir de la maison, on s'échangeait un dernier baiser avant de déguiser notre amour en amitié.

Au QG de l'armée

Pensées de Mustang : Une journée des plus agréables commençait. Bien que je savais que nous devions cacher notre relation et nous comporter on ne plus comme des chiens, je ne le sentais pas comme un poids. De toute manière je trouverais bien un moyen pour me laisser aller avec mon très cher subordonné. Je sortais de la voiture avec Edward quand Havoc nous interpella :
"Bonjour Colonel ! Salut Edward !
-Bonjour Havoc.
-Salut
-Belle matinée n’est ce pas ?
-Oui espérons que le reste de la journée en sera de même. Dommage que je soit encore obligé de crouler sous la paperasse enfermé dans un bureau.
-C’est réellement dommage colonel, moi je pourrais me balader à travers le bâtiment sans être menacé de feignantise.
-Hé bien Edward, tu en profitera pour te rendre utile, et comme première tâche, tu ira me chercher un bon café !
-Grrr ..."
Havoc sourit suite à nos échanges. Au sein de l’armée personne ne se doutait qu’on pourrait être ensemble, et j’espère qu’ils continuerons à penser ainsi. Je me devait d’abord de réaliser la promesse que j’avais faite à Hughes, celle de devenir le Président. Si, au grand jamais Edward et moi étions découvert, cette nouvelle me fermerai l’accès à mon but et ça je ne me le permettrai pas. Edward l’avais bien compris.Je montai les escaliers qui conduisait à mon bureau. Sur le chemin je croisait Hawkeye qui m’attendait :
"Vous avez presque réussi à arriver à l’heure cette fois.
-Merci de me le faire remarquer, j’ai eu un léger contretemps ce matin.
-Une panne de réveil ?
-Hum ... en quelque sorte. >>
Hawkeye ne chercha pas à discuter pousser la conversation plus loin. Je m’installai tranquillement à mon bureau comme à mon habitude, prêt à défier la pile de dossiers qui n’attendaient qu’a être feuilleté. A peine ai-je eu le temps de saisir une de ces enquêtes que je maudissais qu’on frapait à la porte. Havoc entra, un grand sourire aux lèvres :
"Bonne nouvelle colonel ! Vous n’aurez pas à rester dans votre bureau moisi aujourd’hui !
-Heureux de te l’entendre dire. Alors qu’est ce qui nous attend ?
-Une mission de gardes des corps ... des plus agréables.
Après cette phrase, Havoc se mit à rêvasser.
-Vas-y, expliques ta pensée.
-Nous allons nous occuper de la protection de deux sœurs, toutes deux filles d’un chef de l’état voisin. Vous imaginez, deux jeunes filles sous la protection de l’armée passant toute une journée en notre compagnie. Nous pourrions discutez de choses et d’autres, et faire plus ample connaissance...
-Havoc, calmes toi . Tu vas te faire du mal. Et si ça se terminai comme avec la sœur d’Armstrong, tu ne t’en remettrai pas avant une semaine et serai incapable de travailler correctement.
Mes paroles avaient étés comme un flèche transperçant le cœur de ce pauvre Havoc, et lui ravivait de mauvais souvenirs.
-Pourquoi êtes vous obligé d’être aussi dur avec moi colonel ?
-C’est pour ton bien. Bon si nous allions rejoindre ces demoiselles avant qu’elles ne s’impatientent. Nous ne pouvons nous permettre de prendre du retard dans nos missions. Où devons nous les escorter ?
-Dans Central City même. Leur père étant ici pour un échange politique, elles ont profité de ce déplacement pour visiter la ville. Et en vu des récents événements, ce chef d’état a préféré engagé l’armé pour leur protection.
-Bien alors allons-y !"
Cette mission quelque peu banale hormis le rang de ces demoiselles allait mettre au défit mon talent de caméléon. Pou cacher ma véritable nature, j’allais devoir les draguer, au grand désespoir d’Havoc. Je me demande quelle serait la réaction d’Edward.
En parlant du loup, nous l’avions justement croisé.
Pensées d’Edward : Comme à mon habitude, j’aportais la tasse de café du matin de Mustang. Sauf que cette fois-ci, alors que je m’aprêtai à tourner la poignée, la porte s’ouvrit en grand, ne manquant pas de m’assommer. Heureusement pour moi, j’avais réussi à ne pas faire tomber ma marchandise. Mustang en sorti accompagné de Hawkeye et d’Havoc.
"Hé, tu pourrais faire attention en ouvrant la porte !!!
-Désolé Fullmetal, je suis plutôt pressé. Oh mon café ! c’est aimable à toi."
Mustang bu son café d’une traite et parti sans vraiment m’expliquer la raison de son empressement. Havoc et Hawkeye me firent un rapide signe de la main en guise de bonjour. Trop curieux de savoir pourquoi ils se volatilisaient ainsi et après mon mal de crâne momentané, j’ai décidé de les suivre. Etant le subordonné de Mustang, s’il n’était plus au QG, je ne n’avais plus aucune utilité bien que je savais que je valais bien mieux que ça. PETARD !! JE SUIS UN ALCHIMISTE D’ ETAT ! PAS UN SOUS - FIFRE !!! Quelques minutes plus tard, habillé en civil, j’avais réussi à les retrouver. Et que vois-je ?! Cet allumeur d’allumettes se faisait le guide de ces mi-dis minettes ?! ça n’allait pas se passer comme ça !! Il va en avoir pour son grade en rentrant ! Et puis pour qui elles se prennent ces filles ?! Mustang n’adresse ces doux sourires là qu’à ma personne !! Il est à moi !!! J’avais envie de sortir de ma cachette afin de lui rapeler qui j’était, mais rien.
De toute manière, je n’avais pas à être là en train de les épier ... en temps normal. Et je n’aurais fait qu’aggraver mon cas. Je continuais de les suivre aussi prudemment que possible. Mustang avait une facilité déconcertante quand ils s’agissait de parler à la gente féminine. Il affichait son plus beau sourire et la conversation était enjouée. Plusieurs fois j’ai failli sortir de mes gongs devant cette scène désagréable à répétition. De plus ces filles étaient plus que banales. Je m’était exclusivement centré sur mon amant mais je venais seulement de remarquer qu’Havoc était en pleine déprime. Alors que Roy était le centre d’attention de ces dames, il tentait vainement de s’imposer. Lui adressaient-elles même un regard ? Désespéré, il vint s’asseoir sur le banc voisin de celui ou je me trouvais. Je pris un journal pour me cacher le visage. Puis je me mis à paniquer quand il se mit à se raprocher de ma personne :
"Excusez-moi, quel heure est-il monsieur ?
Toujours caché derrière mon journal je sortis ma montre en argent et pris une voix plus rauque qu’a l’habitude.
-Midi moins dix.
C’est agréable à vous merci.
Puis son regard insista sur ma montre. Ce n’est que quelques secondes plus tard que je venais de réaliser mon geste.
-Vous êtes alchimiste d’état ?
-Hé bien ...
Sur le coup je ne savais pas quoi répondre, et s’il me reconnaissait quelle excuse pourrais-je bien avoir ?
-Excusez-moi Monsieur, puis-je le récupérer ?
Sans en avoir l’intention, cette femme à l’ombrelle jaune à qui Mustang tenait compagnie venait de me sauver la mise.
-Veuillez me pardonnez, je dois partir. Merci à vous."
Havoc reparti donc avec cette jeune femme à l’ombrelle. Désormais je devrais prêter attention aux plus petits détails. Je les suivirent jusqu’au début l’après-midi, puis ne suportant plus toutes ces niaiseries je décidai de rentrer. Arrivé au domicile conjugal, je m’avachis non sans retenue sur le canapé ruminant cette désagréable matinée. Non seulement il s’éclipsait sans rien m’expliquer mais en plus, il allait retrouver des filles sans intérêt. J’avais beau essayé de penser à autre chose, cette histoire revenait toujours sur le tapis, avec toujours ces mêmes picotement et cette même colère. Je n’attendais plus que LUI pour lui crier ses quatre vérités à la figure. quelques heures plus tard, le bruit de la porte se fit entendre. Je ne parvenais pas à le croire, Mustang en train de faire la cour à des filles. Les sourires qu'il avait adressé à ses filles étaient les miens. Je ne pouvais pas croire qu'il avait fait ça. Pourquoi ? Parce qu'il avait peur que l'on découvre notre secret ? Peut-être, mais ce n'était pas une raison pour aller à cet extrème. J'étais jaloux, c'était vrai. C'était la première fois que je ressentais quelque chose de tel. Finalement, c'était trop beau pour être vrai, il fallait que ça arrive. Le bonheur ne dure pas longtemps, on souffre après.
Pensées de Mustang : Je devinais ce qu'avait Edward. Il devait sûrement être jaloux parce que j'avais fait semblant de draguer les minettes. Mais je n'en avais rien à faire de ces filles. Pour moi il n'y avait qu'Ed qui comptait. Pas elles. Il devrait comprendre pourtant, que j'étais obligé de jouer ce rôle malgré moi. Je ne pouvais pas me permettre de laisser notre secret divulgué. J'étais triste pour lui, triste de la souffrance que je lui provoquais malgré tout, moi surtout. Je souffrais autant que lui.
"Ed...
-Qu'est-ce que tu veux ?
-Pourquoi tu réagis comme ça ?
-C'est TOI qui me poses cette question ? Tu ne te doutes même pas un peu ?
-Bien sûr que si mais je pensais que tu pouvais comprendre pourquoi je devais faire ça.
-Est-ce que tu étais vraiment obligé de le faire avec autant d'insistance ? Les sourires que tu leur faisais, c'étaient les mêmes que ceux qui me sont adressés.
-Ils avaient peut-être l'air des mêmes, mais ce n'était pas le cas, le coeur n'y était pas.
-C'est vrai ça ?
-Oui c'est vrai ! Pourquoi tu ne me crois pas ? Tu penses franchement que ce genre de filles peuvent m'interesser plus que la personne que j'aime ?
-En tout cas tu faisais bien semblant alors... Franchement tout le monde y croyait.
-Mais tu es vraiment borné ! Tu penses que des filles pourraient m'interesser alors que je vis une belle histoire d'amour avec toi ?
-Une belle histoire d'amour ou d'autre chose ?
-Tu crois que c'est juste pour ça que je suis avec toi ? Tu me déçois Ed...
-Est-ce que je te déçois autant que tu m'as déçu ?
-Je croyais que tu comprenais quand je t'avais dit qu'on devait faire comme si de rien n'était, qu'on devait être naturel au QG.
-Je savais qu'on devait paraître naturel, mais pas autant que ça. Je pensais que tu allais mettre certaines limites.
-Mais les gens auraient remarqués que quelque chose avait changé. Surtout que Hawkeye nous a presque surpris il y a quelques jours.
-Tu crois que c'est pour ça qu'ils allaient forcemment se dire qu'on était ensemble ?
-On ne sait jamais, je préfère ne pas prendre de risque.
-Ben le risque que t'as pris c'est de me voir dans cet état là. Et j'aurais du me douter que ta carrière comptait autant à tes yeux.
-C'est vrai que toi tu n'en as strictement rien à faire, toi tu préfères vagabonder à droite et à gauche avec ton frère.
-C'est une vie qui me plait. Tu sais bien que si je me suis engagé dans l'armée, c'est pour rechercher la pierre philosophale.
-Ah oui mais pourtant il y a bien quelqu'un qui t'a plus dans l'armée...
-Pas toi peut-être ? N'est-ce pas toi qui a fait le premier pas vers moi ?
-Oui mais tu connaissais les risques et les entraves, non ?
-Peut-être, mais je ne me doutais pas que tu rendrais la tâche aussi difficile.
-C'est facile pour toi de dire ça. Mais mets-toi un peu à ma place ! Tu crois que c'est si pratique que ça comme situation ?
-Je crois que tu prends plaisir à jouer ce rôle
-C'est ce que tu crois ?! Franchement je ne savais pas que tu pouvais être comme ça !
-Mais laisse tomber Mustang. Je pense que ce genre de chose fait partie de la vie d'un couple. Néanmoins ça fait quand même mal."
Ed partit. Sûrement dans sa chambre. Je ne savais pas quoi faire. Je n'avais pas eu tellement le choix dans un sens. Mais effectivement, peut-être que j'avais trop bien joué mon rôle et que j'avais vraiment blessé Ed...
Pensées d'Ed : Mustang m'avait fait du mal. J'avais envie de pleurer, mais je me retenais, tellement la douleur était présente. On aurait dit qu'elle allait exploser à tout moment, mais quelque chose la retenait au niveau de mon coeur et de mon estomac. Je m'assis sur mon lit et regardai mes genoux.
"Allez espèce d'idiot, tu ne vas pas pleurer à cause de Mustang..."
Je regardais une photo que j'avais de lui, gardée en secret dans mon bureau. Je souriais, les larmes perlaient sous mes yeux. Les larmes commencèrent à couler malgré moi le long de mes joues. Peut-être que j'en avais trop fait. Peut-être que Mustang lui aussi regretté. Je devais en avoir le coeur net. Je venais d'avoir cette pensée quand Mustang entra dans ma chambre.
"Ed... Franchement pardonne-moi, je ne voulais pas te faire du mal je te le jure.
-Je sais Roy... Mais... Ca fait mal quand même...
-Ed..."
Il me caressa les cheveux et je vint me blotir contre son épaule, il me prit dans ses bras et me leva la tête.
"Espèce d'abruti tu ne vois pas que je pleure, laisse-moi tranquille.
-Arrête le nabot.
-QUOI ?!"
Je me relevais d'un coup, Mustang riait, il se leva à son tour, j'avais arrêté de pleurer, sans m'en rendre compte, quand il avait prononcé le mot "nabot". Il m'embrassa, je le pris dans mes bras et l'entraîna dans le lit, ce soir, nous nous reconcilions en prenant une grande décision pour le lendemain.

_________________
I will be your Suicide Messiah. (And a bouffon XD)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.hidentity.tk
Bouffe-Nuage
La plus sadique et perverse de KA
avatar

Féminin Nombre de messages : 382
Age : 28
Localisation : Dans un Nuage
Loisirs : Pok
Date d'inscription : 14/03/2007

MessageSujet: Re: Fullmetal Alchemist par Mimi-chan et Bouffe-Nuage   Mar 5 Juin - 8:21

Chapitre 5
Première partie

Pensées de Mustang : On partait pour le QG de l'armée avec une ferme décision en tête. C'était Ed qui l'avait proposée, apparement, c'était à lui que ça tenait le plus à coeur. Je le comprenais, après ce qui s'était passé avec les filles hier. Je le tenais par la main en souriant, pour l'instant, on ne rencontrait personne. Mais il finit par me lacher la main en désignant le QG. Je souriais légèrement. Comme d'habitude je lui demandais de m'apporter un café et en attendant je demandé à Hawkeye, Havoc et Armstrong de venir dans mon bureau. Je stressais un peu, mais je faisais en sorte que ça ne se voit pas.
"Alors Mustang, pourquoi vous nous avez appelé ?
-J'y viens Armstrong. Il faut d'abord attendre Edward Elric."
Je prévoyais déjà la réaction d'Armstrong, je la craignais un peu aussi. Ed arriva, il referma la porte mais je vis malgré tout qu'il tremblait légèrement. Apparement, Hawkeye l'avait remarqué elle aussi car elle le fixa jusqu'au moment où il se retourna vers nous. Armstrong ne bougeait pas, mais il devait tout voir malgré nous. Havoc ne se disait probablement rien... Comme d'habitude. J'avais du commencer à bouger un peu car Hawkeye me demanda si tout allait bien. Elle devait se douter qu'on allait annoncer quelque chose d'important... Pour Ed et moi du moins. C'était une situation assez embarassante, on ne l'avait pas vu comme ça au départ, on pensait que vu qu'on connaissait bien les personnes, ça serait moins difficile. Effectivement c'était peut-être un peu moins difficile que si on annonçait ça à des personnes totalement inconnues mais quand même. Ed s'assit à côté de moi, il ne tenait plus sur ses jambes, il était encore plus stressé que moi. L'atmosphère était tendue. Ed regardait le sol, je fixais le mur derrière les trois personnes devant moi. J'en oubliais le sens de la réalité pendant un moment, jusqu'à ce que Havoc demande qu'est-ce qu'on voulait dire. Je le regardais, même lui avait compris qu'il y avait quelque chose d'important qui flottait dans l'air. Je me relevais de la table où je m'étais assis et pris Ed par l'épaule.
"Allez debout.
-Ca va ça va.
-Bon... Havoc, Hawkeye, Armstrong, je vous ai réunis car Ed et moi avons une extrème confiance en vous. Ce que l'on va vous dire doit rester entre nous, aucun mot ne doit sortir de ces quatres murs, personnes ne doit être au courant.
Comme je le craignais, Armstrong avait déjà une larme d'émotion à l'oeil.
-Heu pour continuer... Vous avez sûrement remarqué quelques comportements bizarre entre Ed et moi... La dernière fois la porte était fermée, et plus récemment, on se faisait la gueule pour de vrai Ed et moi. D'habitude ce n'est pas exactement pareil. Enfin bref.
-Tout ça pour dire que Roy et moi...
-Tu m'appelles Roy maintenant ?
-Ils vont être au courant et je ne me sens plus aussi soumis que les premières fois.
-Comme tu veux.
-Donc, comme je le disais, Roy et moi, ça fait quelques temps déjà, depuis qu'Alphone est reparti pour être exact, on est ensemble...
-Je l'avais invité chez moi pour quelques temps car Al n'était pas là. Mais c'était juste un pretexte.
-Au départ je n'acceptais pas vraiment ce genre de chose mais maintenant ça va beaucoup mieux. J'arrive à me faire à cette idée... Nous sommes un couple tous les deux."
Havoc et Hawkeye ouvrait grands les yeux. Armstrong commençait à pleurer... Et ce que je redoutais ce produit.
"Edward Elric, Roy Mustang... Que c'est beau comme histoire, vous avez eu le courage de nous avouer à nous trois seulement. C'est magnifique, qu'elle belle preuve d'amour à vraiment, je ne sais plus où me mettre, et je suis honoré d'être parmis ces trois personnes."
Armstrong pleura de plus belle et nous pris violament dans ses bras. J'étouffais, Ed aussi apparement. Havoc s'assit par terre et ne dit plus rien. Hawkeye ferma les yeux. Je ne savais pas ce qu'elle allait faire : exploser ou sourir. Ce fut la deuxième solution. Elle sourit.
"Je suis fière aussi que vous nous aillez dit ce secret. Mais ce qu'on vient d'apprendre ne ssortira jamais de ses murs."
Je regardais Havoc encore une fois, cette fois-ci, il était allongé par terre. Mais il sourit comme s'il avait enfin trouvé quelque chose d'idiot à dire, je n'avais pas tord.
"C'est le nabot qui fait le rôle de la fille ?"
Lorsqu'il entendit "nabot" Ed s'arracha à l'étreinte d'Armstrong et se jeta sur Havoc qui souria et qui commença à rire. Il dit qu'il était heureux pour nous mais qu'il était obligé de sortir une blague de ce genre-là. Armstrong finit par me lacher, et on se mit tous à rire de plus belle à l'idiotie qu'avait prononcé Havoc.

Pensées d’Ed : Je sentis tout de suite mon cœur plus léger. Certes notre relation rester toujours un secret au sein du QG, mais le fait d’en parler à des proches à l’armée me semblait être un poids en moins. Désormais l’objectif que nous avions mustang et moi, enfin surtout mustang, était de devenir généralissime. Rien ne pouvait le dévier de cette ambition, même pas moi.
Pensées de Mustang : Les jours passaient et le travail aussi. Plus les jours défilaient et plus les dossiers s’empilaient les uns sur les autres. Je finissais dans les temps bien que je rentrai tard tous les soirs, au grand regret d’Edward. J’était la plupart du temps fatigué et incapable de faire quoi que ce soit.
Un soir aux environs de vingt heures, Hawkeye et moi étions en pleine réflexion quand :
"Il commence à se faire tard, je vais rentrer. Bonne soirée Colonel, essayez de ne pas vous endormir. Dit elle avec un sourire apaisant.
-Je m’en souviendrez mais plus facile à dire qu’a faire."
Sur ce, elle m’adressa un dernier sourire avant de fermer la porte. Puis ma tête pencha vers les papiers juste sous mon nez. Après avoir travaillé toute une journée, les lignes ne devenaient plus que des vagues, et les mots ne voulaient plus rien dire. Je m’étirai bruyamment avant de replonger dans ces fichus dossiers. Quelques minutes plus tard, j’entendis frapper à la porte. Je fus surpris, je n’attendais pas de visite surtout à un heure aussi tardive. Peut être Hawkeye avait-elle oublié quelque chose ? L’entrebâillement de la porte laissa entrevoir une tête blonde mais la silhouette était plus jeune que celle du lieutenant ... Edward ??!!
"Roy je ne dérange pas ? J’ai vu le lieutenant Hawkeye partir.
-Mais qu’est ce que tu fais là à cette heure ?
-Hé bien j’en ai eu marre de rester tout seul à t’attendre à la maison, alors je suis venu afin de voir ce que tu faisais pour que cela te prenne autant de temps.
- Rien de bien intéressant, tu sais. Depuis que nous avons arrêté les terroristes, les missions en dehors de Central et du QG lui même se font rare, donc je reste dans mon bureau. Le calme est revenu c’est le principal. Mais que compte tu faire en attendant de je termine de feuilleter tout ça ?
Je lui désignait de la main une pile d’affaires non classées.
-J’aviserai bien.
-Très bien, fais comme tu veux. De toute façon je n’arriverai pas à te faire changer d’avis ...
Puis plus bas j’ajoutai :
-... tête de mule !"
Pensées d’Ed : Finalement, Roy ne m’avait pas envoyé balader. Il devait vraiment être fatigué pour éviter les conflits. Je le comprenais. Cela faisait plusieurs soirs qu’il se tué à la tâche. Nos étreintes du soir me manquaient, mais je devais prendre sur moi. Je m’approchai du bureau :
"C’est quoi tout ça au fait ?
-Des affaires civiles la plupart du temps, quelquefois militaires. Il y a un peu de tout. Pourtant au bout d’une journée, j’ai l’impression qu’elles se ressemblent toutes.
Je l’enlaçai tendrement.
-Ca ira mieux après, tu verra. Tu ne peux pas rester éternellement sur tous ces papiers, ils vont bien finir par s’épuiser.
Roy se tourna vers moi, puis m’embrassa. Il me fit s’approcher encore plus de sa personne, me caressa le visage, puis les cheveux avant de défaire ma queue de cheval. Ses baisers étaient fougueux puis ... il s’arrêta.
-Qu’est ce qui ne vas pas ?
-Tu essaye de me dissuader de travailler ... dit il d’un sourire ironique.
-... mais je me dois d’y retourner. Profites que ma fatigue m’empêche de te sauter dessus.
J’était déçue ... Je voulais qu’il me saute dessus ! Tant pis ce serai pour une autre fois.
Je pris un livre dans la bibliothèque situé à droite du bureau, puis me mit à le lire. D’abord quelques pages debout, puis je m’assit sur le canapé à coté de la bibliothèque. Les minutes défilaient, et le silence était d’or. Seuls les grattements du stylo sur le papier, le bruissement des feuilles tournées et le tic-tac incessant de l’horloge brisaient ce silence. En temps normal, je serai sûrement en train de dormir attendant péniblement une chaleur humaine capable de me rassurer, mais cette fois-ci j’était avec lui.
Mon esprit était serein. Sur ce, je m’allongeais afin de me reposer.
Pensées de Mustang : Je levai le nez, me demandant ce qu’Edward pourrait bien faire. Je le vis, totalement avachis sur le canapé. Il n’avait pas tenu bien longtemps. Je vint m’assoire près de lui aussi doucement que possible, ne voulant le réveiller. Edward était mignon quand il dormait. J’avais l’impression qu’ainsi je pouvais faire de lui ce que je voulais ... non pas de pensées de ce genre, pas maintenant. Je lui poussai une de ses mèches qui lui cacher le visage avant de le recouvrir de ma veste. Je l’embrassait une dernière fois sur le front :
"Bonne nuit full métal."

_________________
I will be your Suicide Messiah. (And a bouffon XD)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.hidentity.tk
Bouffe-Nuage
La plus sadique et perverse de KA
avatar

Féminin Nombre de messages : 382
Age : 28
Localisation : Dans un Nuage
Loisirs : Pok
Date d'inscription : 14/03/2007

MessageSujet: Re: Fullmetal Alchemist par Mimi-chan et Bouffe-Nuage   Mar 5 Juin - 8:22

Chapitre 5
Deuxième partie

Pensées d’Ed : La lumière du petit jour me picota les yeux. Je me les frottai puis les ouvris. Hum ... la veste de Roy ? Il avait sûrement du me la passer pour éviter que je ne prenne froid. Je souris puis respirais l’odeur de son vêtement avant de me tourner vers lui. Roy était étendu sur son bureau, la tête appuyé sur son bras. Il tenait encore son stylo. Je n’osait le réveiller en vu de ses efforts de la veille. Il avait encore du s’endormir très tard. Je décidai de sortir sans bruit, partant en direction des toilettes du quartier général. L’horloge affichait sept heures. Je faisais ma toilette tranquillement. Personne ne viendrait me déranger, les couloirs du QG étaient encore désert à cette heure. Je me lavai le visage, puis le haut du corps. Je vérifiai ensuite que mes cheveux n’avaient pas de bosses. Ayant dormi au quartier général, je faisait avec les moyens du bord pour être présentable. Ceci fait je partis faire un peu de café, qui était devenu une véritable dogre pour Roy. Je fis deux tasses, une pour lui et une pour moi. Puis je revenu au bureau. Il était toujours là et n’avait pratiquement pas bougé depuis tout à l’heure. Bien que j’aurai voulu le laisser dormir, je me devais de le réveiller, sinon il recevrait un sacré savon. Je lui susurrait :
"Youhoooouuuuu Muuuuussstang ...
-Hum ... Non encore 5min ... laissez moi encore faire des choses avec Ed ... puis je suis généralissime ... je fais ce que je veux
Il se tourna de l’autre côté. Devrai-je prends ça comme un compliment ? Il doit sûrement penser à nos ébat amoureux. Bon je vais devoir utiliser une méthode plus radicale pour le réveiller. Mais laquelle ? ... Soudain, en regardant ma mécha greffe, une idée me venue. J’ouvris délicatement le pantalon de Roy puis glissa ma main mécanique dans son caleçon ...
-Hum .... Whouaaahhh c’est froid !!!!
Roy sursauta de sa chaise, apparemment mieux réveillé et la pantalon au niveau des genoux.
-Bah voilà ! Comment va ma belle au bois dormant ?
-Ed tu me le paieras ...
-Tu devrais plutôt me remercier, les autres ne devraient pas tarder et tu n’est toujours pas passer par la case salle de bains.
-Humpf ... La prochaine , tu y passera avec moi. Prépare toi à ma future vengeance.
Roy se rattacha le pantalon et parti en direction des toilettes, tout en pestant. Je me mis à rire.

Pensées de Mustang : Grrr .... Cette fois-ci Edward avait vraiment eu une idée tordue ! Je ne sais vraiment pas ce qui lui ai passé par la tête. Tu subira ma vengeance full metal ! J’espère que d’ici 5min, j’aurai retrouvé ma taille « normale ». Enfin, je fis donc ma toilette du matin puis reparti pour mon bureau. Edward feuilletait le livre qu’il avait commencé hier soir avant de s’endormir dessus :
"Re bonjour !
-Tiens c’est dit d’une façon plus gracieuse.
-J’ai été gracieux mais ça n’avait pas été un bon argument alors j’ai du utiliser une toute autre méthode ...
-Tu aurais pu éviter ou me secouer un peu au pire ... Enfin bref, maintenant que c’est fait.
Quand on frappa à la porte, puis deux silhouettes entrèrent :
-J’avais bien raison ils sont là, en même temps où voulait tu qu’il soit d’autre ?
C’était Havoc accompagné d’Hawkeye.
-Je suis surprise. Vous êtes bien matinaux aujourd’hui !
-Et bien à vrai dire nous avons dormi ici lieutenant.
-Oui les papiers n’en finissaient plus et Edward n’a pas voulu rentrer seul, donc on s’est occuper comme on a pu.
-Oh mais c’est qu’il a du se passer des choses plus intéressante ici que les fichiers ...
Havoc eu un sourire mesquin.
-On ne parle PAS de ce genre de choses là !!!
Je lui crié cette phrase alors que je lui tapai le haut du crâne avec mon poing. Puis une autre personne fit irruption dans mon bureau. Cette fois-ci c’était Fuery.
-Hé bien je vois qu’on entre dans mon bureau comme dans un moulin. Que voulez-vous ?
-Pardonnez –moi colonel mais c’est important !"
Fuery rajusta ses lunettes puis commença à se cacher derrière les dossiers qu’il tenait
Hé bien, le généralissime vous demande. Il a dit que c’était urgent !
J’était très surpris, il fut rare que j’eu une réelle conversation avec le nouveau Président Poquelin, tel était son nom. Je ne l’avais vu que le jour où il venait prendre connaissance de ses fonctions, c’est à dire quelque temps après la mort de King Bradley. Pénible épisode. Cette personne m’avait parut austère et hautaine. C’était un ancien combattant d’Ishbala, enfin il avait juste aidé a mettre en place les opérations, sans pour autant avoir face à l’horreur de cette guerre. S’il n’avait pas participé à cette atrocité, j’aurais pensé que ce n’était qu’un de ces nobles avide de pouvoir. Je saisis ma veste, l’enfilai puis parti en direction du bureau du généralissime Poquelin en compagnie de Fuery. Je demandai à ce dernier, en quoi Poquelin avait besoin de ma présence. Fuery me répondait qu’il ne lui en avais pas cité plus. Je craignais le pire. Arrivé devant la porte, je relevais la tête. Fuery frappa sans insister puis tourna la poignée et nous entrâmes à l’intérieur de la pièce :
"Agent Fuery mon généralissime, accompagné du Colonel Roy Mustang.
Bien. Vous pouvez disposer.
Fuery se retira. Je me retrouvais face au bureau de mon supérieur. Son siège était face au mur, puis il se retourna dans ma direction. Je fis le signe de reconnaissance des militaires.
-Allons pas de ça entre nous ... Roy mustang ... Vous êtes un homme pleins d’ambitions. Je vous avez déjà remarqué lors de notre première et courte entrevue. Seriez-vous prêt à tout pour montez les échelons de la hiérarchie ?
Je ne savais pas si je devais répondre à sa question ou restez muet. Je choisis la deuxième solution.
-Je peux vous aidez dans votre entreprise ... Il se trouve que je vais bientôt partir du Quartier Général de Central pour couler des jours plus heureux. Je ne fut ici qu’en remplaçant et l’on m’a donner l’ordre de nommer le futur Généralissime.
Je me mit à frémir.
-Donc si je vous ai convoqué aujourd’hui dans ces conditions, c’est pour vous passez le flambeau. J’ai bien lu et relu votre dossier, vous y arriverai parfaitement. Cependant je vais vous tester une dernière fois pour être sûr de ce que j’avance. Vous devrez passer un examen regroupant les techniques de combat sur le terrain, la diplomatie, mais aussi l’alchimie. étant un alchimiste d’Etat cette partie ne devrez pas vous poser de problèmes.
Je vous laisse deux semaines pour réviser tout ça. Sur ce je vous laisse à vos activités et bonne chance. Vous en aurez besoin.
Je n’en croyait pas mes oreilles, serait-ce une mauvaise blague ? Non. Ce sujet était bien trop sérieux.
-Oh attendez une seconde Mustang ! J’allai oublier. Après cet examen, j’espère vous faire passer un dernier test de mon cru. J’espère que vous apprécierez.
-Je serai prêt a toute éventualité, et digne d’occuper le poste de Généralissime ! Je refis le signe de respect des militaires avant de tourner les talons.

_________________
I will be your Suicide Messiah. (And a bouffon XD)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.hidentity.tk
Bouffe-Nuage
La plus sadique et perverse de KA
avatar

Féminin Nombre de messages : 382
Age : 28
Localisation : Dans un Nuage
Loisirs : Pok
Date d'inscription : 14/03/2007

MessageSujet: Re: Fullmetal Alchemist par Mimi-chan et Bouffe-Nuage   Ven 29 Juin - 5:49

Chapitre 6
Première partie

Pensées d’Ed : cela faisait un petit moment que Roy était parti. Demandé par le Généralissime ?! C’était bien la première fois depuis la mort de l’Homonculus King Bradley. Etait-il au courant pour notre relation ? C’était une solution. Mais dans ce cas qui aurait bien pu vendre la mèche. Aucun de nos amis n’aurait pu faire ça. Je commençais a m’inquiéter. Quand Il débarqua un grand sourire aux lèvres. Dès lors il pointa le doigt vers le lieutenant et déclara :
"Hawkeye, préparez-vous à porter les minijupes, je vais bientôt être ...
Roy eu pour réponse de se prendre le calepin d’Hawkeye ainsi que mon poing dans la figure.
-Imbécile ! lui dis je d’un air dépité. Le lieutenant était de mon avis.
-Je vous suis colonel ! dis Havoc en se jetant à ses pieds.
-Ayez un peu d’humour enfin ! De plus ça ne se fait pas de taper un futur généralissime !!!
-Généralissime ou pas, je frappe ... Attends tu a bien dit Généralissime ?!
-Non, non Pape ! Poquelin m’a fait venir dans ses appartements pour me confier qu’il me laisser la succession du Quartier général de Central. Mais ce ne sera pas pour tout de suite ...
-Mais c’est pour quand alors ?
-J’y viens ! Dans deux semaines, je vais devoir passer un examen du plus haut niveau. Ainsi Poquelin sera fixé.
Si je ne réussi pas, il en désignera un autre, mais si je passe cet exercice haut la main, il a l’intention de tester mes compétences une dernière fois.
-Il te met vraiment des bâtons dans les roues !
-Je le comprends un peu, ce n’est pas un poste qu’un premier venu peut prendre juste en claquant des doigts.
-Mais vous claquez des doigts ...
-Havoc, ne prenez pas tout au pied de la lettre ...
Enfin il se trouve que je vais devoir me plonger dans la lecture ... encore ... Au programme : Techniques de combat, Diplomatie et Alchimie. Peut être devrais-je revoir l’armement également.
-Oui c’est le bon programme bien lourd. Bonne chance colonel, lança Havoc.
-Vous allez finalement réussir à atteindre votre but, mais travailleriez vous toujours sur les affaires non classées ? Questionna Hawkeye.
-... à vrai dire j’avais omis ce petit détail, si je continue à avoir autant de travail sur ces fichiers, je me demande même si j’aurai le temps, ne serait-ce que de relire les bases."
Décidément, rien n’épargnai notre vie amoureuse ces derniers temps. C’était le calme plat étant donné l’absence de Roy à la maison. Après ça, il devait encore plus se tué à la tâche. Je crois que c’est à ce moment là que j’ai réalisai qu’être militaire n’était réellement pas de tout repos, au fur et à mesure des grades. Puis, j’avoue que ces deux semaines d’abstinence commençaient à me peser. J’aurai aimé que Roy me refasse l’épisode de la douche mais ... ce n’était pas vraiment le moment d’y penser. La journée passa comme à l’habitude, enfin presque. Roy était juste plus excité que la normal. Je le comprenais. Une bonne humeur régnait au quartier général, bien que, hormis notre petit groupe, personne n’était au courant pour Roy. Pour une fois, depuis des semaines, Roy avait fini à l’heure convenue. Nous arrivions à peine sur le perron qu’il se mit à pleuvoir.
Roy enleva sa veste puis la mit au dessus de nous deux :
"Tiens ! c’est pour nous abriter jusqu'à la voiture.
-Ah merci."
Bien que sa veste devez nous protégez, nous nous somme pris la saucée. Il recommença la même opération au moment de sortir de la voiture. Arrivé à la maison Roy était mouillé de la tête au pieds. Moi aussi, mais beaucoup moins que lui.
-Ed tu devrais te changer, garde des vêtements mouillés sur soi n’est pas conseillé.
-Hein ? Mais tu t’es pas vu, tu es trempé jusqu’au os !!!
-Bien, je vois qu’il va falloir que je les enlève moi même.
-?!
Roy me pris puis me balança sur son dos tel un sac à patates.
- Roy qu’est ce que tu fais ?! Reposes-moi ! Je sais très bien marcher tout seul. Roy !!!
Alors que je lui hurler dans les oreilles, Il avait monter les escaliers puis m’avait emmené dans la salle de bains.
"Voilà, nous pourrons nous déshabiller tranquillement ici.
Puis Roy commença à me déboutonner la veste
-Hé ! Je ne suis plus un môme ! Je peux très bien le faire moi-même.
-Pourtant c’est tellement mieux à deux."
Son visage se rapprocha du mien, sans pour autant avoir envie de m’embrasser. Son regard sombre se plongea dans le mien. Je crois que je n’avais jamais vu d’aussi près ses pupilles noires, pourtant si chaleureuses à mon égard. Il me scrutait des yeux, je faisais de même, puis je me mis à rougir fortement. Je devrais être habitué cependant Roy me faisait découvrir à chaque occasion de nouvelles sensations.
"Tu es prêt ?
Je ne comprenais pas vraiment le sens de sa question dans le contexte. En temps normal, il ne me la posai jamais. Roy me poussa alors violemment à l’intérieur de la douche, puis il eut un sourire sarcastique avant de fermer la porte de douche. J’était coincé.
-Roy, qu’est ce tu fous ??!! C’est pas marrant ! Ouvre cette porte !
J’essayais tant bien que mal d’ouvrir cette maudite porte de douche mais elle était bien verrouillée.
-N’essaye même pas Full Métal !
Quant Roy m’appelai ainsi, cela signifiait qu’il voulait me provoquer ou était en colère. Je continuai de m’acharner sur cette maudite porte quand de l’eau glacée me tomba dessus.
-Aaaaaaahhh ! C’est froid !!!!!
L’eau était réglable de l’extérieur, et Roy le savait très bien. C’est alors que je me suis souvenu de l’épisode de la matinée lorsque j’avais du le réveiller plutôt brutalement ...
Il me laissa 10 minutes sous cette eau glacée, j’était transi. C’est alors qu’il ouvrit délicatement
-Quelle douce revanche. Je t’avais dit que tu ne sortirai pas comme ça.
-Humpf ... t’es content
-C’est bon, j’ai compris alors maintenant si tu pouvais te pousser que j’aille me changer.
Roy me barra la route, ce n’est que quelques secondes plus tard que je vis qu’il était pieds nus.
-Certes nous sommes quittes mais j’ai bien envie d’une petite douceur ce soir.
Pendant que je reculai, lui il avançait.
Avant d’entrer définitivement, il régla l’eau afin qu’elle soit chaude, puis ferma la porte derrière lui.
-Je suis frigorifié Roy ! J’ai besoin d’aller me sécher .
Roy se rapprocha aussi près de moi qu’il y a quelque minutes et me murmura :
-C’est bien parce que tu a froid que je viens te réchauffer.
S’ensuivit un fougueux baiser de sa part. Je tentai de me débattre pour sortir mais il me saisit les poignets et me plaqua contre le mur.
-Ne fais pas semblant Edward, tu as aussi envie que moi ... Laisses toi aller et nous y prendrons du plaisir ... tous les deux.
Roy avait raison ... je n’attendais que ça. Nos corps étaient collés l’un à l’autre. Je sentais son entrejambe contre la mienne. Il se mit à m’embrasser une seconde fois sur la bouche avant de descendre plus bas : Le coup, le buste, le torse , le ventre ... puis il me retourna.
Il commença à me défaire le pantalon. Je sentais sa main parcourir le long de mon corps avant de parvenir en dessous de la ceinture. Dès lors Roy se mit délibérément à me titiller l’entrejambe.
-Han ... Roy .... tu m’excites.
-C’est bien le but mon cher Edward.
Il continua de plus belle, tout en me léchant l’oreille. La pression monta, je ne savais pas si j’allais pouvoir me retenir plus longtemps :
-Roy je vais ...
Trop tard.
-Hum ... Je vois que tu a tenu plus longtemps que la dernière fois. Tu te débrouilles de mieux en mieux Ed.
Je rougis. Roy retira sa main de mon pantalon, elle était immaculée de ma semence. Il la porta à la bouche.
-A ton tour maintenant.
Je ne me fis pas attendre. Je lui léchai le torse, Roy appréciait. Puis je descendis au niveau de son entrejambe pour lui procurer du plaisir. J’eu droit à sa douce caresse dans les cheveux et à quelques gémissements en guise de contentement. Je lui faisais du bien.
A la fin de nos échanges, Roy se positionna au dessus de moi.
-Tu t’améliore de jours en jours mon petit Edward .
Il manqua de se prendre mon poing dans la figure.
-Ne prononce plus jamais ce mot en ma présence !!
-Lequel ? tu parles de petit ??
-La ferme !!
Je lui couru après dans toute la maisonnée.
-JE NE SUIS PAS PETIT !!!
-Pourtant tu es mignon quand tu es en colère.
Cette remarque me fit monter le rose aux joues .
Arrêtes avec tes bêtises. Roy se mit à rire. Et après lui avoir balancé quelques coussins, je tournai les talons en direction des escaliers. Alors que je passai à côté de lui, Roy m’attrapa par derrière.
-Edward ... je t’aime
-Moi aussi je t’aime Roy."
Nous nous sommes alors endormis quelques minutes plus tard dans sa chambre, l’un contre l’autre. La chaleur de son corps avait le don de me rassurer et elle était plus chaude qu’a l’accoutumée.
Le lendemain, la pluie s’était arrêtée. Le temps laissait place à quelques éclaircies, tandis que je venais d’ouvrir les yeux. Roy s’était encore réveillé avant moi. Je me levais et descendais dans la cuisine. Je voyais Roy très actif, puis en me voyant il vint s’asseoir à la table. Il avait préparé nos petits déjeuners respectifs :
"Alors bien dormi ?
-Oui ! j’ai dormi comme un bébé. Dis-je en m’étirant.
-Hum ... ça ne m’étonnes pas.
-Qu’est ce que tu insinues de si bon matin ?
Là Roy me fit un grand sourire.
-Mais rien du tout."
Je ne le croyais pas du tout, et je laissai passer. Je vint m’asseoir face à lui.

_________________
I will be your Suicide Messiah. (And a bouffon XD)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.hidentity.tk
Bouffe-Nuage
La plus sadique et perverse de KA
avatar

Féminin Nombre de messages : 382
Age : 28
Localisation : Dans un Nuage
Loisirs : Pok
Date d'inscription : 14/03/2007

MessageSujet: Re: Fullmetal Alchemist par Mimi-chan et Bouffe-Nuage   Ven 29 Juin - 5:51

Chapitre 6
Deuxième partie

Pensées de Mustang : étrange, il n’avait pas répondu à ma provocation. Peut être Ed était il encore trop endormi ? C ’est possible. Aurais-je poursuivi la conversation plus loin s’il m’avais répondu ? Je ne sais pas. J’était moi même fatigué. Mais j’essayais de le cacher pour ne pas inquiéter mon entourage. De plus ce n’était pas le moment de fléchir. Je n’avais que deux semaines pour me préparer à l’examen me permettant d’atteindre le sommet. Edward et moi discutions tout en mangeant, puis je voulu débarrasser mon assiette quand un vertige me pris ... * bruit s’assiette qui se casse * Je me retrouvais à genoux par terre, le monde valsant devant mes yeux. Ed s'était tout de suite mis debout et était à mes côtés en me demandant ce que j'avais. Pour moi c'était évident maintenant, je devais avoir attrapé une maladie.
"C'est pas possible mais c'est PAS POSSIBLE ! PAS MAINTENANT !
-Roy...
-Excuse-moi Ed... Il faut vraiment que j'aille me coucher... Oh l'assiette...
-Laisse faire, va te reposer je vois bien que ça va pas."
Pensées d'Ed : Mustang posa ses lèvres sur les miennes avant de partir dans la chambre. Mais il était malade, et ça le travaillait énormement car dans à peine deux semaines il devait passer son examen pour devenir généralissime. Heureusement ses deux semaines, ils devraient les passer ici. Il n'aurait pas à montrer son état aux yeux de tous. Je ramassais l'assiette cassée et je m'occupais de nettoyer la table. Une fois que j'eu finis, j'allais à notre chambre. Roy s'était déshabillé et dormait profondement. Je m'assis à côté de lui et touchais son front, il avait de la fièvre. Je ne savais pas quoi faire et je pensais que pour aujourd'hui, j'avais fait tout ce qui était en mon pouvoir pour l'aider. Je me glissais sous les draps avant de m'endormir. Roy était vraiment bouillant...

Pensées de Mustang : Je me réveillais avec un mal de tête absolument insupportable, je ne savais pas ce qui m'arrivait, le monde valsait encore devant mes yeux et j'avais horriblement mal au ventre aussi. Je m'assis dans le lit, des vertiges arrivèrent donc je décidais de ne pas me lever tout de suite. Je ne voyais pas le temps passer, Ed n'était pas là, il ne pouvait pas être à l'armée, pendant deux semaines je devais rester ici, étant mon subordonné il n'avait pas besoin d'aller au QG et puis sinon je pouvais dire que je lui avais donné ses deux semaines.
Pensées d'Ed : Je préparais le petit-déjeuner pour Roy avant de le lui emmener au lit. A défaut de pouvoir lui donner les médicaments qu'il fallait je pouvais toujours faire ça. Je m'apprêtais à rentrer dans la chambre quand j'entendis un bruit de couverture, Roy devait essayer de se lever. J'entrais. Effectivement il était assis sur le bord du lit, la tête dans ses mains, apparement épuisé.
"Ca va comment Roy ?
-Franchement pas fort. J'ai des vertiges, des nausées, et je me sens fatigué...
-Tu as du attraper la crève. A force de te promener ici où il fait chaud et dehors alors qu'il fait froid...
-Tu as raison. Dans quelques ça sera passé... J'espère."
Je m'assis à côté de lui avec le plateau. Il regarda pendant quelques secondes, le temps d'analyser tout ce qu'il y avait dessus avant de me faire un sourir. Il m'embrassa dans la nuque ce qui m'excita légèrement... Mais ce n'était pas le moment d'avoir ce genre de pensées. Roy commença à boire le café.
"Ce n'est pas pour autant que je ne me préparerais pas pour l'examen pour devenir généralissime. Il faut absolument que j'ai ce poste."
Je le regardais avec un sourir en coin, malgré les épreuves, il voulait réussir, il avait vraiment l'étoffe d'un chef.
Pensées de Mustang : Le café me réchauffait la gorge, et j'avais moins mal à la tête depuis que je m'étais assis. On aurait pu dire que c'était presque parfait si je n'étais pas aussi fatigué. Après avoir avalé le petit-déjeuner qu'Ed m'avait préparé, je le prenais dans mes bras pour l'embrasser.
"Désolé Ed si je te refiles ma crève...
-On dort toujours ensemble, je l'aurais attrapée un jour ou l'autre."
J'allongeais Ed sur le lit en l'embrassant, mais un nouveau vertige m'obligea à forcer plus fort sur mes bras pour rester stable. Ed l'avait sans doute remarqué car il me tourna sur le côté en me disant de me reposer. Mais je n'avais pas envie de ne rien faire comme un légume.
"Bon laisse tomber Ed je vais me prendre une douche. Ca ira mieux après."
Je commençais à me diriger vers la porte quand soudain j'eu une idée.
"Je risque d'avoir de nouveaux vertiges... Ed vient prendre une douche avec moi."
Il souria, voyant qu'il ne pourrait rien faire pour que j'aille me coucher.

Pensées d'Ed : Nous étions dans la salle de bain, Roy venait de fermer la porte à clef. J'allumais l'eau en prenant garde à ne pas la mettre trop chaude. Je ne voulais pas qu'il meurt cuit... Il était déjà assez chaud comme ça. Je mettais des serviettes sur le bord du lavabo pendant que Roy se déshabillais. Je me tournais vers lui juste à temps pour le voir me sauter dessus et presque m'arracher mes habits.
"Roy dis donc ! T'es pas si malade que ça finalement !
-Il y a des choses qu'on ne contrôle pas...
-Eh ben je vois ça !"
Mustant avait défait ma chemise et me léchait le torse. Ma tête était proche de la douche et je sentais des gouttes d'eau tiède qui devenait vite froide nous tomber dessus.
"Ed... Attend...
-Quoi ?
-Voilà qui est mieux."
Roy venait d'augmenter la chaleur de l'eau, apparement lui aussi ressentait les gouttelettes qui tombaient sur nos corps déjà chaud d'excitation. Il commença à me mordiller les tétons, je poussais quelques soupirs tandis que ça langue allait sur mon cou puis s'amusant avec mon lobe d'oreille droite. Je commençais à lui caresser le dos, il était simplement en boxer. Soudain il arrêta ses avances et me regarda.
"Quelque chose ne va pas Roy ?
-Ed je dois te dire quelque chose... Quand je te faisais l'amour, j'aurais du mieux te préparer...
-Qu'est-ce que tu racontes ? C'était toujours très bien.
-Oui mais... Je vais te montrer."
Je ne savais pas de quoi Roy parlait. Peut-être qu'il voulait m'éviter d'avoir mal mais maintenant je m'étais habitué. Il avait posé ses lèvres sur les miennes avant de m'enlever complètement ma chemise, je lui griffais presque le dos tellement j'avais envie de lui. Apparement, la maladie et les vertiges disparaissaient quand de tels sensations arrivaient. Roy me mordillait le cou maintenant, ses mains étaient contre mes hanches et il s'amusait à descendre doucement en jouant avec sa langue sur mon corps pour m'exciter toujours un peu plus. Bientôt il était en bas de mon ventre et il prenait un malin plaisir à defaire lentement mon pantalon. J'aurais presque voulu lui dire d'aller plus vite, mais ça gâcherais un côté du plaisir. Quand enfin il m'enleva mon pantalon, il descendit doucement mon boxer. dont le tissu était tendu par l'excitation. Il commença à me caresser doucement, du bout des doigts. Ce contact était particulièrement plaisant, mais je sentais sa présence en même temps et une foulée d'idées me traversaient l'esprit. Il se rapprocha lentement de mon membre et s'arrêta à quelques centimètres de celui-ci, regardant avec amusement la réaction que cela me provoquait. Mais jamais je n'allais être brutal avec lui, j'attendais que ça se produise et puis je préférais les choses ainsi. Je ne pu m'empêcher de dire un petit "qu'est-ce que tu attends ?" et il souria avant de commencer à lécher doucement cet objet du désir avant de le prendre dans sa bouche, ses lèvres étaient vraiment douce et sentir cette langue ne faisait que me rapprocher de plus en plus de l'orgasme. J'arrachais presque la peau de Roy quand celui-ci s'arrêta pour me relever.
"J'ai envie de toi Ed..."
Il me poussa sous la douche, j'étais assis dessous et il se déshabilla avant de me rejoindre. Il m'aida à me relever et se posa contre moi en me chuchotant qu'aujourd'hui il allait me préparer. Il laissa sa main sous la douche un moment avant de la plaquer contre mon torse, il me caressa et me dit qu'il était désolé si ça faisait bizarre pour une première fois. Sa main commença à aller vers mon entre jambe, j'en éprouvais un certains plaisir mêlé à une certaine gène quand il commença à s'interesser à une partie précise de mon anatomie.
"C'est ça que j'appelais "te préparer"."
Il introduisit un doigt après l'autre, au départ je me sentais assez gêné mais finalement, ça faisait plutôt plaisir et je me laissais faire. Puis il se retira et se plaqua contre moi. Il attrapa mes jambes avant de les mettre sur ses bras, j'étais sur-élevé par rapport à lui et il se plaqua un peu plus. Une sensation familière au bas de mon dosse fit ressentir, je m'aggriais aux épaules de Roy qui était tellement serré contre moi qu'il provoquait un mouvement de va et vient sur mon membre aussi. Je ressentais énormement de plaisir mais j'essayais de me contrôler pour que ça dure plus longtemps. Puis Roy imposa une cadence plus rythmée et ses coups de bassins étaient vraiment puissant. Je gemissais presque de plaisir tellement j'étais heureux. Roy lui poussait presque des cris à chaque coup qu'il donnait jusqu'au moment où le plaisir avait atteint son comble et où lui et moi laissons notre orgasme prendre le dessus de tout.
Pendant un moment j'étais resté là, sans rien pensé, sans rien dire, dans le bras de Roy qui était à genoux devant moi maintenant. J'ouvrais enfin les yeux quand je commençais à sentir la chaleur de l'eau qui tombait sur moi. Je regardais Roy, un liquide poisseux était sur son torse, sur le mien aussi d'ailleurs.
"Finalement c'est ça l'avantage de la douche... Hein Roy ?
-Ouais."
Il se retournait et nous commencions à nous laver ensemble pour ressortir heureux de cette douche qui avait eu un véritable effet médicale sur la maladie de Roy qui se sentait mieux désormais.

_________________
I will be your Suicide Messiah. (And a bouffon XD)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.hidentity.tk
Bouffe-Nuage
La plus sadique et perverse de KA
avatar

Féminin Nombre de messages : 382
Age : 28
Localisation : Dans un Nuage
Loisirs : Pok
Date d'inscription : 14/03/2007

MessageSujet: Re: Fullmetal Alchemist par Mimi-chan et Bouffe-Nuage   Jeu 12 Juil - 16:45

Chapitre 7

Pensées d'Ed : Pendant les deux semaines qui suivirent, Roy se portait comme un charme, me volant des baisers ici et là. Mais je le laissais la plupart du temps assez tranquille. Je voulais à tout pris qu'il réussisse et qu'il réalise enfin son rêve. La date de l'examen approchait de plus en plus et je voyais que Roy était assez frustré. Il ne dormait plus beaucoup, semblait toujours ailleurs. La veille de son examen, je m'asseyais à côté de lui sur le lit.
"Roy...
-Ed...
-Je suis sûr que ça va aller demain. Ne t'inquiète pas tu as déjà fait tes preuves durant toutes ces années.
-Tu as peut-être raison.
-Enfin si tu ne stressais pas, je penserais que tu es vraiment trop sûr de toi.
-Tu crois que je vais y arriver ?
-Bien sûr.
-Je me demande qu'est-ce que ça sera l'épreuve sur le terrain.
-Pourquoi tu te poses autant de question ? Profite de la dernière nuit avant l'examen.
-Hum tu me donnes des envies d'un coup..."
Ce soir là, on avait fait l'amour comme jamais, pour oublier le stresse de l'examen. Roy l'avait remarqué, moi aussi je stressais énormement pour lui. Ce soir, on oublia pendant un moment cet examen, on oublia que l'examen sur le terrain était quelque chose de parfaitement inconnu qui pouvait être dangereux. On oublia tout pendant un moment.
Le soleil venait de se lever, je n'avais pas réussi à dormir, même si ce n'était pas moi qui allait au QG pour devenir généralissime. Au moins j'avais pu veiller sur Roy pendant une partie de la nuit. Il avait dormi assez paisiblement. Mais maintenant qu'il était réveillé, on pouvait lire l'anxiété dans ses yeux.
"Bon dieu c'est aujourd'hui...
-Mange un peu.
-Je n'ai vraiment rien envie d'avaler.
-Si tu ne manges rien tu vas être fatigué et tu auras plus de mal pour l'examen.
-Bon d'accord..."
Avant de partir je l'embrassais pour lui donner courage. On arrivait au QG, apparement, toute l'armée était au courant que Roy allait peut-être devenir généralissime. Havoc et Hawkeye était là pour lui souhaiter bonne chance. Il restait maintenant une heure avant l'épreuve écrite. Là je ne saurais d'aucun secours particulier. Roy était moins stressé que tout à l'heure.
"Alors Roy, prêt pour l'examen ?
-Tu verras Ed, quand je sortirais j'pourrais te dire que j'ai réussi ! Heureusement que t'es là mon nabot préféré.
-C'EST QUI QUE TU TRAITES DE NABOT ?!
-J't'embrasserais bien mais pas devant toute l'armée.
-Allez vas-y grand navet.
-Moi, un navet ? Bah c'est toujours mieux qu'un nabot..."
Il partit en riant avant que ne pu lui répliquer quelque chose. Je le regardais partir dans un des bâtiments du QG. Même lorsque la porte se referma derrière lui, j'étais incapable de détacher mon regard. C'est la main d'Havoc sur mon épaule qui me ramena à la réalité.
"Allez Ed, les gens vont se poser des questions si tu restes comme ça devant le QG.
-Ouais t'as raison.
-Viens on va prendre un café."
On se dirigeait vers la caféteria, j'avais toujours le regard dans le vide et je ne savais même pas si Havoc parlait ou non. Je me demandais seulement si Roy arrivait à son examen. Je ne m'étais même pas rendu compte que j'étais assis en face d'Havoc avec une tasse de café dans la main. Je levais enfin les yeux vers Havoc.
"Ben dis donc Ed t'es vraiment une larve là.
-En tant normal je t'aurais déjà envoyer chier mais là...
-Ben putain, j'espère qu'il va le réussir son examen pour devenir généralissime, sinon vous allez tous les deux nous piquer une dépression pendant le restant de votre vie.
-Ce n'est pas moi qui veut devenir généralissime, je finirais par m'en remettre mais lui mettrais sûrement plus de temps.
-Rah arrête de penser à ça, tu connais Roy non ? Sûrement mieux que nous tous réunis d'ailleurs... Tu penses bien que c'est pas ce genre de chose qui va lui mettre des bâtons dans les roues, absolument rien ne l'empêcherait de devenir généralissime.
-Ouais t'as raison. Je lui fais confiance pour réussir.
-Et ben voilà ! Bon allez bois ton café et on va faire un tour au bar.
-J'ai dit que je lui faisais confiance, pas que j'allais me servir de se pretexte pour me bourrer la gueule avec toi.
-Rah t'es pas marrant.
-On verra quand Roy aura réussi ses examens.
-A propos, combien de temps il durait le test écrit ?
-Environ deux heures.
-Ben il va pas tarder de sortir alors.
-Déjà ?
-T'es tellement resté dans le vague que tu n'as même pas fait attention que le temps passé.
-Ouais sûrement. Bon on va aller le chercher !"
On se dirigeait vers le bâtiment où Roy était rentré, les deux heures étaient bientôt terminées. Je regardais ma montre et pil poil à la fin des deux heures, Roy sortit du bâtiment. Il avait le regard dans le vague. Je me dirigeais vers lui.
"Alors ?
-Ouais ça a été. Maintenant j'attend qu'on vienne me chercher pour l'épreuve sur le terrain."
A peine avait-il finit de dire ça que Poquelin arriva vers lui en lui disant de le suivre pour l'épreuve sur le terrain. Roy avait légèrement palis car apparement cette épreuve allait se passer devant toute l'armée. Je lui souhaitais bonne chance avant de repartir avec Havoc, l'air le plus naturel possible. Quand je fus sûr que Poquelin et Roy ne nous voyaient plus...
"Mon Dieu mais qu'est-ce qu'il va lui faire subir à ton avis Havoc ?
-Rien de bien méchant je suppose. En fait ça me rappelle le jour où tu t'es battu avec Roy.
-Woh putain tu crois qu'ils vont se battre ?!
-C'est très probable.
-Ca sera sûrement au même endroit que la dernière fois. Vite !"
Je me précipitais vers l'endroit où je m'étais battu avec Roy, il y avait déjà du monde et Roy était avec Poquelin au centre.

Roy avait un peu récupéré ses couleurs, il avait l'air plus à l'aise. J'avais trouvé un coin assez proche du lieu de bataille avec Havoc, Hawkeye nous retrouva elle aussi.
"Mon Dieu ça me rappelle ta bataille avec Roy, Ed...
-Je sais Hawkeye, sauf que moi je ne suis pas du même niveau que Poquelin, ce n'est pas pour rien qu'il est devenu généralissime.
-Je sais mais je pense que Roy saura se débrouiller.
-Oui mais je sens que ça sera quand même un peu plus violent que la bataille qu'on a eu."
Roy eu à peine le temps de se retourner, il esquissa un regard pour éviter de se déconcentrer. Pourtant, lorsque l'arbitre annonça le départ du combat, Roy était sûrement déconcentré car Poquelin se précipita vers lui avant de lui entourer une chaine autour de la taille et de le projeter à plusieurs mètres. Le combat avait démarré d'une façon assez violente, après tout, Roy voulait devenir généralissime. Il se releva dans un tas de gravat et de poussière, Poquelin tenait une chaine qui s'emboitait dans un manche qu'il tenait d'une autre main. Apparement il y avait quelque chose d'autre au bout de cette chaine mais de là où j'étais je ne pouvais dire quoi. Roy l'avait sûrement vu car il eu un soudain mouvement de surprise, ce qui ne lui ressemblait pourtant pas. Il se releva et essaya de provoquer une explosion assez intense à côté de Poquelin mais celui-ci avait déjà deviné ses intentions et avait esquivé l'attaque sans difficulté. Je comprenais la réaction de Roy maintenant, Poquelin avant une énorme masse d'arme. Une boule metallique remplie de pointes de metal se balançait au bout de la chaine, qui avait une longueur assez considérable. Ca semblait être lourd, mais il se déplaçait avec son arme avec une facilité déconcertante. Roy le regardait, je ne sais pas s'il réfléchissait à un plan ou non, mais au bout de deux secondes Poquelin s'était de nouveau précipité vers lui, lançant sa masse d'arme que Roy parvint à éviter cette fois-ci, l'arme ne manqua pas quelques membres de l'armée en tout cas... Les diverse personne autour de moi s'était reculée mais je ne bougeais pas. Je me disais que si Roy se prenait un coup de ce monstre, il serait dans un sal état. Pourtant la victoire semblait de moins en moins probable, Roy ratait absolument tous ses coups, il provoquait des explosions toujours une seconde trop tard, Poquelin était extrèmement rapide je n'avais jamais vu ça. Il se déplaçait et assenait de violent que de chaine au niveau de la gorge, du ventre, des articulations. Roy n'était peut-être pas gravement blessé mais il avait du mal à se déplacer. Poquelin souriait, il ne se déplaçait plus très vite, il avait l'air amusé de la situation, Roy d'habitude si énérgétique semblait vidé de ses forces au bout de cinq minutes à peine. Et soudain ça arriva, Poquelin dit quelque chose comme quoi Roy était peut-être intelligent, mais qu'il n'avait pas la force d'être généralissime s'il n'arrivait même pas à le toucher. Roy ne parlait plus, ne bougeait plus, j'avais envie de me précipiter dans le terrain mais je ne pouvais pas.
"Ed si vraiment ça tourne mal, Havoc, toi et moi nous iront le chercher."
Et ça tourna assez mal au premier abord, Poquelin courru vers Roy et empoigna sa masse d'arme qu'il fit tourner une fois autour de lui avant de la jeter contre le bras gauche de Roy. Il ne cria pas, juste une grimace, même Poquelin semblait étonné. Le sang avait l'air de couler sur les pointes, puis Poquelin la retira d'un coup mais Roy attrapa de sa main valide la chaine avant de la tirer violement vers lui. Poquelin se retrouva à même pas trente centimètres de Roy qui fit un large sourire, cette fois-ci c'était lui qui avait été trop lent, malgré les blessures et le bras en charpie que Roy avait, il parvins à claquer des doigts et Poquelin pris littéralement feu au milieu de l'arène improvisée. Plusieurs personnes de l'armée se précipitèrent pour lui porter secours et j'en profitais pour aller vers Roy.
"Roy ça va ?
-Non, je ne vois plus clair et je ne sens plus mon bras gauche.
-Evite de le regarder alors.
-Et merde ça saigne en plus.
-Tu t'es pris une masse d'arme en plein bras, pas étonnant que ça saigne.
-Ouais..."
Poquelin s'avança vers Roy une fois le feu éteint.
"Bravo Roy. Joli coup. Allez à l'infirmerie maintenant. Je viendrais vous voir en fin de soirée."
J'aidais Roy à aller jusqu'à l'infirmerie. Une fois soigné, il devait rester là jusqu'à ce que Poquelin arrive.
"Franchement au départ Roy, je me demandais si t'allais gagner.
-Je suis pas con à ce point non plus... Si j'avais vu que j'allais perdre, je n'aurais pas chercher à me faire tapper dessus plus longtemps.
-Attend ça veut dire que t'avais prévu le coup ?
-Je n'avais pas tellement prévu de me prendre un tel coup, t'as vu l'état de mon bras ?
-Il n'est pas cassé c'est déjà ça. Mais tu as quand même de jolis trous dans le bras...
-Oui ça va sûrement laisser une cicatrice.
-Une de plus une de moins...
-Ouais, enfin bref, j'attendais qu'il se rapproche assez de moi quand il était sûr de sa victoire pour le prendre par surprise et le brûler.
-Belle technique colonel. Elric vous pouvez nous laisser ?
-Bien sûr. Je n'ai plus rien à faire ici, je rentre."
Je me dirigeais chez nous, mais je ne pouvais m'empêcher de stresser, je ne savais pas combien de temps Roy mettrait à rentrer.

Ca faisait environ deux heures que j'étais sur le canapé, j'étais en simple tee-shirt et pantalon, je ne bougeais plus et regardait la télé sans pour autant écouter ce que disais les personnes à l'intérieur. J'attendais Roy. Soudain la porte s'ouvrit, je levais la tête et vit Roy, un bras dans des bandages, quelques pansements ici et là. Je courus vers lui pour l'aider à marcher mais il avait le regard tellement vague que je m'arrêtais au milieu de ma phrase.
"Roy qu'est-ce qu'il y a ?
-Assis-toi sur le canapé Ed.
-Ca fait deux heures que je suis dessus.
-Non franchement assis-toi, j'arrive. Je me déshabille un peu.
Roy revint torse-nu, il avait quand même beaucoup de bandages.
-Poquelin est venu me dire mes résultats, si on peut appeler ça comme ça.
-Alors ?
-Pour l'écrit il m'a dit qu'il n'y avait rien à redire, que j'avais l'étoffe d'un généralissime. Pour le terrain, il a dit que j'avais pas beaucoup réagis au départ, que c'était assez négatif car en plein combat, l'ennemi n'attendra pas. Il m'a dit qu'il avait pourtant été surpris de la technique que j'ai utilisé. Que je l'avais laissé me frapper mais qu'il avait baissé sa garde à cause de ça. Il m'a dit que...
-Il t'as dit quoi ?
-Je sais pas comment le dire...
-MAIS QUOI ???
-Qu'il n'étais pas fait pour être généralissime et que...
-Arrête de me faire attendre !
-QUE J'SUIS GENERALISSIME MON NABOT !
-PUTAIN J'SUIS PAS UN NABOT !
-SI !"
On continuait de se disputer en rigolant et en s'embrassant, j'avais tellement stressé, mais maintenant ça y est, il était généralissime !
Pendant les jours qui suivirent, je m'occupais de Roy, le temps de tout préparer, Poquelin lui avait donné la semaine pour se remettre sur pied. Mais Roy m'avait interdit d'aller dans le jardin. Il ne voulait pas me dire pourquoi. Je commençais à laisser tomber cette histoires. Pourtant un jour il remit ça sur le tapis quand j'enlevais les bandages qui couvraient son bras, l'attaque qu'il avait reçu avait laissé quelques cicatrices mais rien de bien flagrant non plus.
"Avec ce que tu as sur le bras, tu as une belle collection de cicatrices.
-Comme tu dis.
-Aujourd'hui c'est le dernier jour de soin, tu peux de nouveau te balader avec ton bras comme tu veux.
-Ben justement j'aimerais te montrer quelque chose.
-Quoi ?
-Suis moi dans le jardin, tu vas comprendre pourquoi pendant tout ce temps je t'ai demandé de ne pas y aller.
-Et franchement ça m'intrigue.
-Ferme les yeux.
-Je suis plus un gosse Roy.
-Ferme les yeux j'te dis. Ordre de ton généralissime."
Je les fermais et Roy commença à m'avancer dans le jardin, il faisait chaud, avec un léger vend tiède. Je trouvais que c'était un peu idiot mais assez marrant la façon dont il voulait me montrer quelque chose de nouveau.
"Bon je peux ouvrir ?"
Comme réponse Roy me poussa dans de l'eau, j'ouvris les yeux à ce moment là.
"Putain espèce de taré qu'est-ce qui t'a pris ?!
-Regarde autour de toi mon amour."
Une piscine. Pour fêter sa montée en grade Roy avait fait installer une piscine. Je souriais.
"Ben dis donc t'as pas perdu de temps.
-N'avance pas plus dans la piscine, tu vas plus avoir pied."
Je le regardais, dépité, Roy se déshabilla et sauta dans la piscine aussi. L'eau était tiède et Roy m'embrassa.
"Dans une piscine ?
-Pourquoi pas ? Et d'abord enlève tes vêtements tu vas attraper froid."
Je me retrouvais vite nu avec Roy. Heureusement il y avait une haute haie autour du jardin, donc personne ne pouvait nous voir. Et comme c'était un endroit assez isolé, pas de raison que quelqu'un nous entende. Roy commença à m'embrasser tendrement. Je lui caressais les cheveux.
"Voilà une belle façon de fêter ta montée en grade."
Ce que l'on pouvait faire était assez limité, l'eau nous arrivait quand même à la taille à ce niveau de la piscine. Roy m'attrapa et mit mes jambes autour de sa taille. Je le tenais pas les épaules pour être plus stable sur le bord de la piscine. On fêta dignement notre nouveau généralissime dans la piscine. A peine installée, l'eau avait déjà besoin d'être nettoyée...

_________________
I will be your Suicide Messiah. (And a bouffon XD)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.hidentity.tk
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Fullmetal Alchemist par Mimi-chan et Bouffe-Nuage   

Revenir en haut Aller en bas
 
Fullmetal Alchemist par Mimi-chan et Bouffe-Nuage
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Fullmetal Alchemist
» [film] Fullmetal Alchemist : Milos no Sei-Naru Hoshi
» FullMetal Alchemist Brotherhood [Hagane no Renkinjutsushi: FULLMETAL ALCHEMIST]
» Fullmetal Alchemist, Chapitre 83
» [Shonen] Death Note vs Fullmetal Alchemist

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kingdom's Art :: Divers :: Fan fiction-
Sauter vers: